top of page

Voyage au cœur d’une politique agricole commune

Au moment se termine une COP 26 qui a déchaîné les passions antagonistes, pour finalement n’aboutir qu’à des déceptions, l’ACRF – Femmes en milieu rural a vu la nécessité de revenir sur la PAC, en son actuelle mouture – dont rien n’annonce du reste qu’elle connaîtra de significatifs bouleversements.

Les militant.e.s réclament une véritable politique climatique et sociale au contraire des grands groupes qui entendent pratiquer un écoblanchiment leur permettant de poursuivre dans la voie mortelle qu’ils se sont tracée. Pourtant on sait le rôle joué par l’agriculture dans les émissions de gaz à effets de serre. En Belgique, les chiffres avancés sont de l’ordre de 10 % du total des émissions. Mais une série de données prouvent que, notamment au niveau du transport, elles ne sont guère fiables. Et qu’elles sont en augmentation depuis 2012, alors que c’est tout l’inverse qui devrait advenir.

Et pourtant, l’on sait fort bien que l’agriculture peut, doit, être un des moteurs de la révolution écologique qui s’avère indispensable.

Par ailleurs, cette usine à gaz (au propre comme au figuré, hélas), méritait d’être étudiée pour elle-même, tant en son fonctionnement qu’en ses présupposés idéologiques.

C’est à ses fortes ambitions que la présente étude tente d’apporter quelques réponses…

On sait que la Politique Agricole Commune connaît une période transitoire : un prolongement de la programmation 2014-2020 jusqu’au 1er janvier 2023 où, en principe, entrera en vigueur sa nouvelle version – dont il convient de ne pas attendre grand-chose. Raison de plus pour pouvoir nous baser avec une certaine solidité sur les documents relatifs à la programmation ayant débuté en 2014 afin de faire le point en 2021.

La PAC EXPOSE GENERAL-JF
.pdf
Download PDF • 1.52MB

Comments


bottom of page