Un peu d’histoire

La maison rurale est mieux connue sur le territoire d’Assesse et des environs comme étant le « Couvent ». En effet, la maison a servi de Monastère, pendant près d’un siècle et jusqu’en 1992 aux Pénitentes Récollectines d’Assesse. Les Moniales, bien que cloîtrées, connurent un rayonnement humain et spirituel exceptionnel : on se plaisait à souligner le climat de paix, de joie et l’esprit d’accueil qui caractérisaient la communauté.


 

Dans les années 1990, les quelques religieuses qui occupaient encore le Monastère se faisaient trop âgées pour entretenir la propriété et pour continuer à vivre seules dans de bonnes conditions. Elles s’étaient souvent interrogées sur le futur de leur Monastère au moment de leur départ et avaient souhaité que celui- ci continue à être une halte sur le chemin de la vie, un relais entre la Communauté humaine et le Seigneur qui, l’un comme l’autre avaient été au cœur de leur vie. Elles souhaitaient que chacun se sente accueilli dans ce lieu privilégié d’où il pouvait repartir vers la société avec une joie affermie, des perspectives d’avenir mieux définies et un cœur largement ouvert à tous.

Et c’est en répondant à cette vocation d’ouverture que l’ACRF s’est installée au Monastère d’Assesse. Le 20 décembre 1992, un premier rassemblement de quelques 300 personnes permettait d’ouvrir le Monastère. De nombreux Assessois pouvaient pour le première fois entrer dans le couvent, découvrir les parties de la maison réservées aux Sœurs.

Le 27 juin 1993, l’ACRF prenait officiellement ses quartiers au 15 rue Jaumain dans ce bâtiment qui s’appelle depuis « La Maison Rurale ». L’ACRF a dès le départ souhaité que cette maison soit ouverte sur le monde, qu’elle réponde aux souhaits des religieuses d’un lieu d’accueil privilégié. Depuis au cours des années passées, la Maison Rurale n’a pas failli à cette mission en accueillant des familles précarisées, des groupes de jeunes en retraite, des sessions internationales de la FIMARC (Fédération Internationale des Mouvements d’Adultes Ruraux Catholiques), du MIJARC, son équivalent pour les jeunes, de la JOCI (Jeunesse Ouvrière Chrétienne Internationale), des familles pour des repas de communion et tant d’autres groupes ou personnes.

La Maison c’est aussi et avant tout le siège du mouvement qui s’appelle désormais ACRF, Femmes en Milieu Rural. C’est une maison pleine de vie, de travail dans une ambiance sereine où respire encore l’âme des Moniales.