En vente libre… Analyse de D. Herman

Publié le 2 juin 2019 dans Analyses

Un peu partout dans le monde des femmes sont victimes de violences intolérables. Notre pays n’échappe pas à ce phénomène, au contraire, il est peut-être encore plus visible qu’ailleurs et notamment pour les jeunes qui voient à côté de la boucherie ou du marchand de chaussures, une vitrine, un bordel, banalisant ainsi la prostitution, laissant à croire que le sexe s’achète comme un kilo de steak ou une paire de chaussures.
Pour notre mouvement de femmes, l’ACRF-Femmes en milieu rural, la prostitution constitue une atteinte grave aux droits humains. Comment peut-on parler du droit à disposer librement de son corps quand quelqu’un d’autre en dispose contre rémunération et souvent avec violence ? Les femmes contraintes de vendre leur corps ne sont pas des travailleuses mais des victimes de la traite des êtres humains. Diane, Survivante du Québec témoigne :  » ça a un côté déshumanisant : exposée comme un morceau de viande, quelque chose qu’on peut acheter, qu’on peut  » magasiner « … Chez nous, à l’intérieur des établissements, les femmes sont comme sur un menu, l’homme peut les choisir. C’est humiliant pour les femmes « 
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2019_16_vente_libre_DH