Analyses

L’agriculture néo libéralisée: une exploitation généralisée – Analyse de JF Pontégnie

Publié le 13 novembre 2020 dans Analyses

 

« Chaque progrès de l’agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l’art d’exploiter le travailleur, mais encore dans l’art de dépouiller le sol; chaque progrès dans l’art d’accroître sa fertilité pour un temps, est un progrès dans la ruine de ses sources durables de fertilité.  La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu’en épuisant en même temps les 2 sources d’où jaillit toute richesse: la terre et le travailleur »  Karl Marx

Première partie: les travailleurs

Les descriptions qui suivent sont basées sur les témoignages de saisonniers employés dans des champs à travers toute l’Europe et recueillis par Mediapart et ses partenaires de Lighthouse Reports.

Les conditions de travail: commençons fort par un exemple pris dans l’agriculture biologique.  Soit une entreprise française qui se présente comme « familiale » et qui, outre ses choux et navets divers, est célèbre pour les carottes bio qu’elle livre à une grand chaîne de magasins – ce qui donne au passage une idée de l’ampleur de l’affaire, au reste confirmée par le chiffre d’affaires de 2019, soit 57.518.631 € pour un résultat net de 1.308.041 €.

On l’imagine bien, de tels résultats nécessitent de produire en quantité…

Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2020_14_agriculture_ exploitation_JFP

 

 

 

 

 

Disparition de « l’esprit du capitalisme » – Analyse de Jean-François Pontégnie

Publié le 12 novembre 2020 dans Analyses

Disparition de l’« esprit du capitalisme » ?

Pour comprendre l’étrangeté de ce monde, dont il arrive souvent que, sous un aspect ou un autre, nous saisissent nos membres et les lecteurs des diverses publications de l’ACRF- Femmes en milieu rural, il convient parfois de revenir aux principes qui règlent son fonctionnement…

La présente analyse de l’ACRF entend donc procéder à un réglage de l’éclairage de la scène.

Image facile, peut-être, mais qui dit au moins que d’autres possibilités de clarification existent, selon que l’on règle les projecteurs de telle ou telle façon, que l’on mette en valeur tel ou tel aspect du spectacle global, auquel nous avons déjà consacré une analyse basée sur le « caractère fantastique, mystique, enchanté, donc trompeur, sous lequel apparaît l’échange de marchandises », dans une lecture marxienne autant que possible dégagée de considérations dogmatiques.

Nous tâchons à présent de donner un caractère plus anthropologique à l’approche du capitalisme. « Dans son acception la plus large, le mot anthropologie rassemble l’ensemble des sciences qui étudient l’homme dans ses différentes dimensions », nous dit l’Association Française des Anthropologues. Nous nous efforçons ici de porter au jour – de pointer notre pinceau lumineux – sur les ressorts humains qui permettent au capitalisme « non seulement de survivre mais d’étendre son empire ».

Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2020_13_disparition_esprit_capitalisme_ JFP

Moins de soins pour une meilleure santé? Analyse de Corentin de Favereau

Publié le 1 novembre 2020 dans Analyses

De la nécessité de passer d’un système de santé curatif à un système préventif

Face à la covid-19, nous n’avons pas le choix.  Sans médicament pour guérir les personnes ayant contracté cette maladie, la seule solution est de ne pas l’attraper.  En attendant l’arrivée d’un médicament miracle, notre planche de salut vient de la prévention.  IL faut agir en amont car, en aval, c’est la loterie.

C’est d’ailleurs ce que confirme Antoine de Borman, ancien directeur du centre d’études du CDH (CEPESS) interviewé à ce sujet sur la Première ce 15 octobre 2020.  « En Belgique, on a un système de santé fortement orienté vers le curatif et très peu vers le préventif.  Or, quand on a une maladie qui se propage comme aujourd’hui, on a besoin de mesures préventives« .

À ce titre, nous devons accepter que toutes les maladies ne sont pas guérissables facilement.  Loin s’en faut.  En Belgique, les tumeurs représentent la première cause de mortalité chez les hommes(28,8%) et la deuxième chez les femmes (25,8%).  Pourtant, face aux cancers, bien souvent, la seule solution est d’adopter des modes de vie suffisamment sains tels que faire du sport, ne pas fumer, limiter sa consommation d’alcool, manger équilibré, favoriser les bonnes graisses, éviter la pollution autant que faire se peut, etc.

Pour télécharger cette analyse, cliquez sur acrfana_2020_12_moins_soins_meilleure_santé_CDF

 

Tracing et Droits Humains, inconciliables ? Analyse de Lydie Flament

Publié le 18 juin 2020 dans Analyses

Dans le but affiché de combattre la propagation particulièrement rapide du coronavirus COVID-19, de nombreux états ont pris la décision d’investir dans la technologie et de développer de nouveaux outils numériques. La recherche de solutions aux grands problèmes du monde dans ce domaine, surnommé le  » solutionnisme technologique « , est régulièrement utilisée. Cependant, ces méthodes engendrent de nombreuses questions et réactions, particulièrement en terme de protection des droits humains et de libertés. Aujourd’hui, le terme tracing s’est immiscé dans nos actualités et dans nos conversations, matérialisant les tensions sempiternelles entre les valeurs de droits humains et de sécurité.
La défense du respect de la vie privée est-elle indéniablement opposée à la lutte contre le coronavirus ? Est-il impossible d’utiliser ces méthodes de manière efficaces et optimales tout en garantissant les droits humains ? Risquons-nous de mettre nos droits fondamentaux en péril avec ce genre de méthodes sous prétexte de garantir une certaine sécurité ?
Afin d’apporter quelques éléments de réponse à cette problématique, il était nécessaire d’intégrer certaines notions. Nous avons cherché à définir au mieux les concepts de droit à la vie privée ainsi que le célèbre Règlement Général sur la Protection des Données qui doit encadrer le traitement des informations personnelles nécessaires, entre autres, au tracing. Ensuite, nous avons tenté de découvrir en quoi consiste le traçage de contact. Il nous fallait comprendre cette méthode ainsi que ses objectifs. Ces concepts une fois éclaircis, nous avons contextualisé l’outil numérique de traçage et observé rapidement sa mise en œuvre à travers différents exemples actuels. Après ce travail, il était enfin possible de confronter ces deux incompatibles à priori : vie privée et tracing, afin de connaitre les limites de chacun et leur possible ou, au contraire, utopique compatibilité…

Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2020_11_tracing_droits_LF

Voyez quand elles gouvernent ! Analyse de Godelieve Ugeux

Publié le 10 juin 2020 dans Analyses

Qui oserait le contester, la pandémie a principalement touché d’une part les personnes en précarité économique et d’autre part les travailleur·euse·s qui assurent les nécessaires fonctions de base que certains nomment métiers à  » prédominance féminine « . À l’heure où le déconfinement ? est amorcé, des questions surgissent avec plus ou moins d’insistance sur l’avenir de l’économie telle qu’elle est organisée dans nos sociétés ultralibérales.

De deux choses l’une :

– soit tout continue comme avant moyennant peut-être de superficielles améliorations du système actuel basé sur une économie de marché résolument productiviste et consommatrice ;
– soit nous voulons un changement radical de l’organisation économique, sociale et politique pour démocratiquement évoluer vers plus de respect des droits de l’homme et d’égard pour la planète dont nous dépendons tous. Et dans cette option de remise en question voire de renversement, les femmes vont-elles pouvoir donner de la voix pour participer aux décisions ?

Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2020_10_covid_femmes_GU

Tout peuple qui s’endort en liberté se réveillera en servitude (Alain) – Analyse de JF Pontégnie

Publié le 27 mai 2020 dans Analyses

En ces temps d’exception, aussi bien sanitaire que politique et sociale, alors que les autorités traquent des  » clusters  » et prennent moult arrêtés et autres dispositions légales sans en passer par les voies parlementaires habituelles, en ces temps de flottement démocratique donc, il a paru intéressant à l’ACRF – Femmes en milieu rural de questionner l’organisation de la  » sécurité  » en Belgique, tout particulièrement au plan communal, là où nous la vivons au plus près.
Il est dans cette approche utile de commencer par une objectivation aussi précise que possible de l’état de la criminalité en Belgique, afin de savoir si les dispositifs sécuritaires actifs pour l’heure sont justifiés.
Et bien qu’il apparaisse que non, pas vraiment, l’énumération des dits dispositifs paraît interminable. Ce qui n’est en soi guère rassurant pour ce qui concerne le respect de nos libertés fondamentales.
C’est d’ailleurs pourquoi nous en appelons à rester éveillé. Plus que cela même : vigilants et combatifs.
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2020_09_ peuple_ liberté_servitude_JFP