Analyses

L’invasion numérique. Avons-nous encore le choix? analyse de C. de Favereau

Publié le 6 juillet 2018 dans Analyses

Ces derniers temps, on en entend presque autant parler que de la coupe du monde de football en Russie. Il est partout. À la fois au cœur des politiques de développement économique de la Wallonie, acteur principal d’un scandale politico-économico-informatique sans précédent, vecteur des fantasmes technologiques les plus fous, générateur des craintes de manipulation de masse les plus sérieuses, … lui, c’est le numérique bien sûr. Il y a quelques jours encore, entre la signature d’une convention pour le développement d’une meilleure connectivité en milieu rural wallon, l’entrée en bourse d’un nouvel acteur de payements en ligne et le contrôle glaçant de l’activité numérique des salariés par les employeurs anglo-saxons, l’actualité en faisait un de ses acteurs principaux.
Cette numérisation de nos vies n’a pas échappé aux membres de notre mouvement. Alors que le Forum des Aînées lui a dédié sa journée d’étude de ce 7 juin 2018, des groupes locaux de notre mouvement ont décidé de s’emparer de cette question. Ainsi, l’intrusion irrémédiable de la digitalisation de nos vies représente-elle réellement le progrès qu’on nous vante aujourd’hui ? Cette numérisation est-elle si évidente et tant souhaitée ?
Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2018_13_invasion_numérique_CDF

L’imagination au pouvoir ! Un petit remède anti-consumériste! analyse de JF Pontégnie

Publié le 3 juillet 2018 dans Analyses

Dans une société proprement terrible, les marchands savent qu’ils peuvent compter sur le mal-être des salariés exploités, parfois à mort. La publicité déploie des trésors de malignité pour s’insinuer dans toute la vie, elle profite de tous les interstices et la souffrance au travail en est un, dont la taille ne cesse de s’accroître. Il faut vendre !
Mais si au lieu de s’abîmer dans la consommation, on sublimait dans l’imagination libératrice ?
Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2018_12_ imagination_remède_JFP

La publicité, pouvoir économique, polluant et incontrôlable :  » aux armes, citoyens  » – analyse de JF Pontégnie

Publié le 3 juillet 2018 dans Analyses

A l’heure où l’entièreté du vivant est la victime d’une extinction d’une gravité jamais vue, les publicitaires écrivent et disent partout : Rien. Il ne se passe rien. On croirait lire le journal de Louis XVI le jour de la prise de la Bastille…
Il semble bien que l’on puisse même, à des fins purement mercantiles, plaisanter sur le sujet. C’est en tout cas ce que pense le Jury d’Ethique Publicitaire, dont la nature est singulièrement proche du secteur qu’il est censé réguler et les pouvoirs, dérisoires… Mais il n’existe à vrai dire aucune instance qui soit à même de lutter efficacement contre un secteur puissant et polluant, tant sur le plan intellectuel qu’environnemental.
Alors, aux armes, citoyens ?
Disparaître…
L’ensemble du vivant interagit au niveau planétaire, c’est en ce sens que la vie des humains dépend de celle de milliards d’autres êtres vivants, et vice-versa. Cet équilibre, toujours fragile, toujours recomposé – il ne s’est jamais agi d’une situation édénique et stable – est aujourd’hui bouleversé à une vitesse et dans une proportion jamais atteintes… Sont en cause la dégradation générale du climat, de la qualité des eaux, de l’air, du sol, etc.
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2018_11_publicité_incontrôlable_JFP

Le jeu de chaise musicale autour de l’assurance autonomie, lui est-il bénéfique ? Analyse de C. de Favereau

Publié le 23 juin 2018 dans Analyses

Disparue des radars depuis de nombreux mois, l’assurance autonomie a ressurgi dernièrement au détour d’une actualité mouvementée. La grande manifestation de ce mois d’avril du secteur des aides à domicile au bureau de la ministre wallonne des affaires sociales, Alda Gréoli (cdH) semblait montrer que l’assurance autonomie suscite toujours autant de passion. L’occasion nous est donc donnée de nous replonger dans l’un des projets les plus ambitieux de cette législature régionale en le reprenant là où nous l’avions laissé il y a près d’un an, au bord de l’implosion…
2017, à la veille des vacances estivales, Benoît Lutgen, président du cdH alors en coalition régionale avec un parti socialiste empêtré dans les affaires (Publifin, Samusocial, …), débranche la prise et rejette dans l’opposition son partenaire de majorité. Pour les humanistes, il s’agit de se refaire une virginité en se démarquant des socialistes pris à défaut dans leur gestion des fonds publics.
Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2018_10_assurance_autonomie_chaise_musicale_CDF

Ce n’est pas parce que les compteurs électriques deviennent intelligents qu’il faut nous prendre pour des demeurés

Publié le 27 mai 2018 dans Analyses

Le 11 janvier 2018, un communiqué de presse, émanant des services du Ministre wallon du Budget, des Finances, de l’Énergie, du Climat et des Aéroports (sic) annonçait que l’installation des  » compteurs intelligents  » aurait atteint au moins 80 % du territoire wallon le 31 décembre 2034.
Le déploiement des compteurs informatisés ne va pourtant pas poser sans poser de nombreux problèmes et au moins autant de questions.
Sur le plan démocratique, tout d’abord.
Il est très difficile pour un citoyen normalement informé de comprendre les tenants et aboutissants techniques de ce dossier et, en dehors de la propagande commerciale et politique, très peu d’efforts sont faits en ce sens par les pouvoirs publics ou les instances officielles.
Pour décider de l’opportunité d’une installation massive des compteurs, nos  » responsables  » se basent en outre sur des  » analyses coûts – bénéfices  » dont les spécialistes disent qu’elles ne sont compréhensibles  » que par des techniciens et peu par les élus et encore moins par les différentes parties prenantes telles que les associations d’usagers […] ou de riverains concernés « .
Ce  » rouleau compresseur  » ne tient pas compte non plus des résolutions – appelant entre autres à l’indépendance des évaluations et à la prise en compte des utilisateurs – votées par les parlementaires wallons, pourtant censés représenter la volonté populaire.
Enfin, les associations actives dans tous les domaines concernés – environnemental, social, légal, sanitaire – n’ont été consultées qu’à la marge, tant il était entendu, comme l’a écrit le régulateur wallon (la CWaPE), que  » leur rôle doit rester secondaire « .
Si on s’interroge quelque peu sur les raisons de cette marche forcée, on se rend compte qu’un très puissant lobby s’est constitué au niveau européen pour littéralement créer ce marché de 40 milliards d’euros et que la démarche est en sus activement soutenue par les fournisseurs d’électricité et par les gestionnaires de réseau qui y trouveront, eux aussi, largement leur compte.
Il ne nous reste donc que des questions.
Est-on sûr que les  » compteurs intelligents  » seront d’une aide véritable dans la transition énergétique – qui sert d’argument à leur installation ? Eh bien, non : aucune étude sérieuse et globale n’est en mesure de le démontrer, pire même, les expériences en cours démontrent que les (éventuelles) économies d’énergie sont ridicules.
Est-on sûr que notre vie privée sera protégée ? Eh bien, non. Bien que l’on sache que les données collectées par les compteurs informatisés valent (ou vaudront) une fortune (comme le démontre Facebook, par exemple), aucune garantie réelle n’est encore en place. De même, rien ne protège les consommateurs contre les fournisseurs d’électricité qui leur proposeraient des contrats (soi-disant) avantageux en échange de leurs données.
Est-on sûr que les nouveaux compteurs soient sans danger pour la santé ? Eh bien, non. Pour communiquer les données qu’ils récolteront chez tout un chacun, les compteurs utiliseront un premier type d’ondes : les micro-ondes pulsées qui sont nocives selon beaucoup de spécialistes. L’on ne sait rien des effets du deuxième système (le  » courant porteur en ligne  » ou CPL) qui sera utilisé sur des installations électriques qui ne sont pas prévues pour cela (puisqu’elles ne sont pas blindées).
Ah ! Il y a une chose qu’on sait avec certitude : ce sont les  » utilisateurs du réseau de distribution  » – les URD – qui paieront la facture (dont le montant reste particulièrement flou).
Et les URD, c’est nous. Nous toutes et tous.
Ne serait-il donc pas temps que nous, les payeurs, les cobayes, les ignorés, nous réagissions et mettions au point, avec toutes les organisations militantes ou citoyennes concernées, une stratégie de résistance ? Au moins, puisqu’il ne s’agit pas de condamner a priori, jusqu’à ce que l’on nous ait démontré de façon indiscutable les avantages sociaux et environnementaux d’une telle opération et son absence totale de dangerosité, tant pour nos vies privées que pour notre santé et la protection des plus pauvres.
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2018_09_compteurs_intelligents_ JFP

« Quels temps pour elles ? » – Analyse de Maïder Dechamps

Publié le 15 mai 2018 dans Analyses

La Journée de femmes à Assesse a été l’occasion de s’interroger sur les inégalités entre hommes et femmes dans l’usage de notre temps. Malgré les apparences, elles subsistent ! Comment changer la donne ?

 

Lire l’analyse : acrfana_2018_08_quels_temps_pour_elles_MD