Presse

Grand succès pour l’opération de dons de 100 000 kilos de pommes de terre au secteur de l’aide alimentaire wallonne

Publié le 2 juillet 2020 dans Presse

 » Ce que vous avez proposé durant la période de confinement correspond à tous points de vue à ce que l’on recherche : pouvoir acquérir des denrées fraiches en grandes quantités sans aucun frais et à une distance raisonnable.  » Le Panier Solidaire asbl

Lancée le 27 mai dernier par l’asbl SOCOPRO (Collège des Producteurs – Manger Demain), avec le soutien des Ministres de l’Agriculture et de l’Action sociale, Willy Borsus et Christie Morreale, l’opération de don de pommes de terre aux acteurs de l’aide alimentaire wallonne s’est clôturée cette semaine. 100 000 kilos de pommes de terre lavées et conditionnées en sacs de 5 et 10 kilos ont ainsi été distribuées aux personnes dans le besoin.

Plus de 300 acteurs de l’aide alimentaire ont participé à cette action durant 4 semaines
Au total, pas moins de 113 organisations différentes – dont plus de 50 CPAS, – se sont inscrites comme  » receveurs  » de l’action pommes de terre sur la www.bourseauxdons.be, plateforme informatique de rencontre de l’offre et de la demande en aide alimentaire. Plus de 130 commandes ont ainsi été redistribuées directement ou en cascade vers d’autres associations, ce auprès de plus de 300 points locaux de l’aide alimentaire correspondant à plusieurs dizaines de milliers de bénéficiaires.

En termes de nombre d’associations, les provinces wallonnes sont représentées de façon homogène ; en termes de quantités – avec une moyenne de 700kg par association -, ce sont celles des provinces de Namur (40%) et de Liège (28%) qui ont commandé le plus grand nombre de kilos de pommes de terre.

Une logistique efficace et professionnelle
L’action a été menée conjointement avec les acteurs de terrain, sous le pilotage opérationnel par l’asbl SOCOPRO.
Tout le travail de collecte auprès des producteurs, de lavage et vérification de la qualité, d’emballage et de stockage a été assuré par 5 emballeurs (Sabbe, Bel’pom, Pommuni Fresh, Warnez-Laruelle et Hesbygram) auprès desquels les associations passaient des commandes groupées ou individuelles, et pouvaient venir chercher leurs sacs préparés.

Cette opération a pu se dérouler efficacement grâce au support technique de Level-it, et à la simplicité d’utilisation de la plateforme www.bourseauxdons.be. Du côté des associations, on souligne aussi une coordination et logistique appréciée, les larges créneaux horaires et l’accueil professionnel et solidaire rencontré auprès des 5 emballeurs participants.

Pour les trajets de plus de 50 km aller-retour, un défraiement de 0,05 € était pris en compte par la Région wallonne, qui a également assuré le financement des producteurs (0,05€) et des emballeurs (0,15€).

Vers plus de dons en produits frais pour le futur ?
Bien que peu habitué à ce type de dons, le secteur de l’aide alimentaire n’en n’est pas moins demandeur, comme en témoigne le Panier Solidaire, une asbl coupole sur le territoire de Liège, qui confectionne des colis alimentaires  » Pour les personnes précarisées que nous aidons, c’est tout bénéfice : il s’agit d’un produit frais mais qui se conserve bien et c’est également un produit de base qui est facile à cuisiner (…). Nous sommes évidemment preneurs d’autres opérations de ce type ! « . La Fédération des Restos du Cœur serait quant à elle partie prenante pour mettre en place à l’avenir des dynamiques similaires, précisant qu’elle serait disposée à participer financièrement à la structuration de ces filières.

Du côté des CPAS wallons, on confirme que cette action répond à un réel besoin en produits frais. En effet, les CPAS réalisant des colis alimentaires sont fournis par le FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis) en produits non-périssables, il leur appartient donc de compléter les colis avec des produits frais, ce qui n’est pas simple, notamment pour des raisons de stockage et de source d’approvisionnement. Souvent, pour bénéficier de produits frais, il faut se rendre dans les criées flamandes, plus éloignées et moins accessibles, des démarches qui ne peuvent être assurées que par les plus grosses associations.

Pour les Ministres :  » Ce partenariat entre autorités publiques, producteurs, et acteurs de l’aide alimentaire fut une belle réussite, preuve d’une solidarité possible en temps de crise. Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont participé à cette action.  »

Contacts presse

Porte-parole du Ministre BORSUS : Pauline BIEVEZ : 0477 38 45 01

Porte-parole de la Ministre MORREALE : Stéphanie WILMET : 0479 44 25 36

Porte-parole du Collège des producteurs : Marie PONCIN : 0472 98 76 35

Premiers constats 15 jours après la réouverture des pépinières et jardineries

Publié le 3 mai 2020 dans Presse

Communiqué de presse – 30 avril 2020
Premiers constats 15 jours après
la réouverture des pépinières et jardineries
Autorisés à rouvrir leurs portes depuis le 18 avril, les pépiniéristes et horticulteurs wallons dressent un premier bilan de ces 15 jours de reprise. Ils ont été très prudents et ont pris des mesures strictes de protection pour leurs clients et leur personnel. Les réouvertures se sont faites progressivement et certains acteurs continuent à effectuer des livraisons ou de l’enlèvement sans contact.
Pour rappel, la filière s’était organisée aux premiers jours de confinement pour assurer des systèmes de livraisons. 10% du secteur continuent d’ailleurs sur ce mode de fonctionnement ou par enlèvement sans contact, qui nécessite temps et organisation, mais qui a connu un certain succès (plus de 320 000 vues en 1 mois sur la carte reprenant toutes les pépinières et jardineries wallonnes).

60 % de réouvertures dès le 18 avril

Au niveau logistique, plus de 150 acteurs de la filière horticole ornementale ont respecté les recommandations et ont pris des mesures strictes pour protéger leurs clients et leur personnel. Les espaces de vente ont été adaptés avec circuits, masques, gel, plexiglas,… Les ouvertures se sont étalées sur 3 jours en fonction de la préparation et de la capacité de chacun à accueillir dans les meilleures conditions : 60% ont ouvert le samedi 18 avril, 15% le lundi 20 et 15% le mardi 21.

Un trafic soutenu et constant
Au niveau logistique, plus de 150 acteurs de la filière horticole ornementale ont respecté les recommandations et ont pris des mesures strictes pour protéger leurs clients et leur personnel. Les espaces de vente ont été adaptés avec circuits, masques, gel, plexiglas,… Les ouvertures se sont étalées sur 3 jours en fonction de la préparation et de la capacité de chacun à accueillir dans les meilleures conditions : 60% ont ouvert le samedi 18 avril, 15% le lundi 20 et 15% le mardi 21.
Un panier plus élevé et des plants de légumes
Du côté des chiffres, il semblerait que le panier d’achat soit plus élevé que la moyenne habituelle et que les ventes se fassent surtout en plantes, terreaux, écorces et semis. On constate par ailleurs une demande très importante de plants de légumes – multipliée par 3 chez certaines pépinières -, risquant d’entrainer un retard d’approvisionnement pour certains revendeurs.
Une vente précoce d’annuelles

La vente des plantes annuelles garnissant les jardinières a aussi démarré plus tôt.Il semble que la volonté des Wallons pour embellir leur environnement soit bien présente.

Enfin, s’il est encore trop tôt pour conclure que le succès de la reprise compensera les pertes depuis la fermeture mi-mars, les opérateurs sont, semble-t-il, satisfaits à ce stade mais se demandent si cette tendance positive va perdurer dans les prochaines semaines. L’Apaq-W, le Collège des Producteurs et la Fédération wallonne horticole encouragent évidemment cette tendance afin de soutenir le secteur !

Contact presse
* Collège des Producteurs : Chargé de mission, Horticulture ornementale, Alain Grifnée – 0497/59 27 19 – alain.grifnee@collegedesproducteurs.be
* Apaq-W : Service presse, Vanessa Poncelet – 0472/84 56 82 – v.poncelet@apaqw.be
* Fédération Wallonne Horticole : Claude Vanhemelen- 0497/88 28 07- fwh@fwhnet.be

Rana Plaza – Covid 19, même combat!

Publié le 23 avril 2020 dans Presse

Il y a sept ans, le 24 avril 2013, 1 138 personnes mouraient dans l’accident le plus meurtrier de l’industrie de l’habillement. Ce jour-là, les travailleuses et travailleurs du Rana Plaza ont été sciemment contraints d’entrer dans le bâtiment près de s’effondrer sous la menace de perdre leur mois de salaire. Aujourd’hui, au cœur de la pandémie, des millions de travailleuses et de travailleurs doivent à nouveau choisir entre leur santé et leur sécurité d’une part, et leurs moyens de subsistance de l’autre. Une fois de plus, ils seront forcés d’entrer dans les usines en sachant parfaitement qu’ils y risquent leur vie. N’a-t-on tiré aucune leçon de la catastrophe du Rana Plaza ? De fait, la pandémie menace les acquis obtenus. Elle met au défi les marques et notamment les entreprises belges, d’assumer leur responsabilité vis-à-vis des travailleuses et travailleurs de leurs filières d’approvisionnement.
achACT a interrogé neuf entreprises belges sur leur politique de commande et interpelle les marques internationales qui ont annulé des commandes déjà produites sans payer leurs fournisseurs…

Pour lire la totalité du Communique de Presse, cliquez sur CP achACT 24042020

 

Lancement de la campagne : « Rien ne justifie la violence conjugale »

Publié le 16 avril 2020 dans Presse

FWB  WalloBruFrA

Une campagne de communication pour sensibiliser le grand public aux violences conjugales durant cette période de confinement va être lancée ce 13 avril à l’initiative de la Task Force  » Violences conjugales et intrafamiliales  » mise sur pied par les Ministres Bénédicte Linard, Christie Morreale, Nawal Ben Hamou et Barbara Trachte.
Axée sur le slogan  » Rien ne justifie la violence conjugale « , cette campagne sera déclinée en télévision, radio et sur les réseaux sociaux jusqu’au 31 mai. Son but : rappeler que des solutions et des aides existent durant cette phase de confinement et mettre en avant le site et le numéro de la ligne  » écoute violences conjugales « , le 0800 30 030.
L’objectif de la Task force créée fin mars par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et la Cocof est de coordonner les actions et les efforts face aux violences intrafamiliales en partenariat avec les acteurs de terrain, et d’apporter des réponses transversales et coordonnées.
Parmi celles-ci, la capacité d’écoute de la ligne d’appel a été renforcée afin de faire face à l’augmentation de la demande, qui a doublé depuis le début de la crise du coronavirus. Les horaires des services de chat (plus facilement accessibles par les victimes) ont aussi été très largement élargis.
La capacité d’hébergement d’urgence pour les victimes a également été augmentée en FWB, notamment à Bruxelles où la Cocof a récemment mis à disposition un hôtel exclusivement dédié à l’hébergement de femmes victimes de violences domestiques, avec ou sans enfant, et où elles bénéficient également d’un accueil psycho-social, indispensable dans ce type de situation, grâce à un partenariat avec le secteur associatif.
La campagne a également pour objectif de sensibiliser la population pour que chacun-e soit particulièrement attentif/ve à ses proches et à ses voisines exposées aux violences conjugales et intrafamiliales en cette période de confinement.
Cette campagne, qui sera également diffusée en néerlandais dans les médias bruxellois, se veut la plus accessible possible, en ce compris aux personnes sourdes ou malentendantes.

Bénédicte LINARD, Ministre de l’Enfance et des Droits des Femmes en Fédération Wallonie-Bruxelles
Christie MORREALE, Ministre de la Santé et des Droits des Femmes en Wallonie
Nawal BEN HAMOU, Secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances de la Région de Bruxelles-Capitale
Barbara TRACHTE, Ministre-Présidente du Collège de la Commission communautaire française

Merci aux aides familiales et aux gardes à domicile

Publié le 26 mars 2020 dans Presse

Sans les aides familiales et les gardes à domicile de l’ADMR, ce sont 6000 personnes, aujourd’hui en Wallonie, qui ne seraient plus en mesure de rester chez elles. Autant dire que dans ce contexte de pandémie, nous avons plus que jamais besoin de ces travailleuses de l’ombre. En première ligne, elles vont au front, avec un matériel approximatif…

Téléchargez le Communiqué de presse en cliquant sur Communiqué de presse_ADMR_20200325

Le Mois de la Transition pour Bouillon et ses villages

Publié le 9 septembre 2019 dans Presse

La Transition :  un mois pour en parler, partager, s’informer, se former, échanger et être ensemble…
Initié en 2008 par Rob Hopkins, professeur en Permaculture à Totnès en Grande-Bretagne, le concept de Transition comme mode de vie est plus que jamais d’actualité !
Le concept de la Transition regroupe un ensemble de principes et de pratiques formés à partir d’expérimentations et des observations d’individus, de groupes, de villages, de communautés qui vivent une crise et veulent agir ‘autrement’, résoudre les problèmes et se réapproprier leurs vies.
Ces principes sont déclinés dans divers domaines dont l’agriculture (permaculture), les usages dans les quartiers (le mouvement des villes en Transition), l’économie circulaire (zéro déchet, recyclage, croissance verte, potagers collectifs, …) et la réduction de CO2. Le minimalisme, la slow life, le do-it-yourself, les médecines alternatives, les écoles nouvelles sont autant de tendances qui rejoignent le mouvement de la Transition.
Tandis que les experts de tous bords tirent les sonnettes d’alarme à propos du réchauffement climatique et/ou des crises économiques qui s’enchaînent de plus en plus vite, la Transition apparaît comme une nouvelle voie, porteuse d’un message positif permettant de se projeter à nouveau dans l’avenir malgré l’adversité et les oiseaux de mauvaise augure.
Chez nous, l’idée fait son chemin, des citoyens de plus en plus nombreux se mobilisent et des projets voient le jour un peu partout. C’est aussi le cas pour Bouillon et ses villages….
A l’initiative du Centre Culture & Loisirs, de l’ACRF-Femmes en milieu rural, antenne de Bouillon, de l’Ardoise, monnaie locale et de nombreux partenaires locaux, la Commune de Bouillon va vivre au rythme de la Transition du 20 septembre au 20 octobre 2019.
Au programme : des projections de films, des rencontres-débats, des conférences, des ateliers… pour s’initier à la Transition et se poser les bonnes questions par rapport à ce que nous pouvons faire à notre niveau. Quel habitat ? Quelle monnaie ? Le circuit court ? Le zéro déchet ? Pourquoi ? Comment ?
Durant ce Mois de la Transition, les citoyens de notre belle région sont invités à prendre le temps…. Le temps de se rencontrer, de partager idées et savoirs – faire, et de réfléchir ensemble. Tous ces moments de rencontres permettront de recenser les initiatives allant dans le sens de Transition qui existent sur la Commune de Bouillon et de parler/ rêver de celles à créer ou à inventer… car ce n’est qu’un début.  Lors de chaque activité proposée, les animateurs du Centre Culture & Loisirs et de l’ACRF – Femmes en milieu rural seront présents avec un outil de consultation citoyenne : une carte subjective du territoire. Cette carte servira à identifier tous les atouts du grand Bouillon ainsi qu’à récolter les avis (positifs ou pas), les projets et les envies des Bouillonnais pour que leur Commune devienne une  » Commune en Transition  » où il fait bon vivre.
Afin de respecter la philosophie de la Transition dans son ensemble, toutes les activités seront proposées en participation  » libre et consciente  » (à l’exception des repas). Cela signifie que, en fonction de ce que chacun a vécu et en fonction de ses moyens et du soutien que l’on souhaite apporter, on verse une somme d’argent en euros ou en Ardoises, la monnaie locale. Elle est obligatoire mais aucun prix ne sera exigé ou proposé. La participation libre et consciente est aussi une pratique de solidarité ou chaque personne peut bénéficier du même produit ou du même service en impliquant une notion de responsabilisation et d’entraide dans l’échange.
Ouverture du Mois de la Transition le vendredi 20 septembre à 20h00 à la Poulie à Bouillon avec la projection du film  » Aujourd’hui. Initiatives citoyennes en Gaume et Pays d’Arlon « , suivie d’une rencontre avec le réalisateur, Paul De Meersman, Nathalie Remacle représentant l’Ardoise, monnaie locale et un représentant du Jardin collectif de Bouillon.
Le programme complet est consultable sur le site : www.bouillonentransition.be
Contacts et réservations: Kevin Hannecart, Centre Culture & Loisirs de Bouillon : +32 493 04 33 76 – cabaret.lapoulie@gmail.com ou Frédéricque Bigonville, Acrf antenne de Bouillon : +32 492 27 43 33 – fredericquebigonville@acrf.be