Prises de position

Taxe, la Belgique dans le haut du classement

Publié le 10 décembre 2007 dans Prises de position

A l’heure actuelle, le taux de TVA sur l’énergie de chauffage est de 21%.
Se chauffer, se laver, s’éclairer, sont des besoins de première nécessité, besoins qui sont aussi indispensables à la dignité humaine. Aussi, il serait logique que la TVA appliquée à ces besoins de première nécessité (électricité, gaz et mazout), utilisés dans le cadre d’une consommation privée , soit de 6% et non de 21%, à l’instar d’autres pays européen et notamment l’Italie et l’Angleterre !

Le 26 décembre, l’ACRF signe la pétition sur internet parce qu’elle refuse que le prix des énergies continue de faire basculer des familles, des individus dans la précarité. Personne ne devrait avoir à choisir entre manger ou se chauffer ou se loger.

Sauvons la solidarité

Publié le 10 décembre 2007 dans Prises de position

Une pétition a été lancée sur internet pour sauver la solidarité. C’est important pour un mouvement d’Education permanente de la signer, ce qu’à fait l’ACRF. Quand il n’y a plus de solidarité, c’est toujours les personnes ou les familles en situation difficile qui en paie le prix. Nous ne pouvons pas le permettre.

Manifestation et information

Publié le 10 août 2007 dans Prises de position

L’ACRF a rejoint la plate-forme « vêtements propres » le 23 juin à Liège pour informer les habitants de la cité sur la fabrication des vêtements distribués chez nous dans certains magasins. Des enfants, des jeunes, des femmes travaillent jusque 14 h par jour, sept jours sur sept pour confectionner nos pantalons sans aucune protection sociale, en gagnant un salaire de misère. Le mouvement a également informé le public par des articles dans sa revue Plein Soleil (www.vetementspropres.be).

L’ancrage structurel de l’asbl Flora

Publié le 10 juin 2007 dans Prises de position

L’insertion socioprofessionnelle des femmes peu ou pas scolarisées est primordiale pour leur permettre de trouver une autonomie et de devenir actrice de leur vie et de la société. C’est un enjeu important aujourd’hui, une personne qui sait se prendre en main ne doit plus être « à la charge de la société ». Des asbl comme Flora sont nécessaires pour former ces femmes, malheureusement, elles ont beaucoup trop peu de moyens financiers pour mener à bien leurs objectifs. L’ACRF, en septembre, a signé leur pétition afin que leur travail soit reconnu et soutenu (www.florainfo.be).

 

Mutiler pour mieux contrôler

Publié le 10 avril 2007 dans Prises de position

Rien que d’y penser, on a mal ! Mal avec toutes ces petites filles et toutes ces femmes victimes de mutilations sexuelles.

En Afrique, au Moyen Orient et en Asie, elles sont trois millions selon l’Unicef à les subir chaque année. Au total, ce sont 130 millions de femmes qui sont concernées.

Ces véritables tortures ont des conséquences préoccupantes sur la santé et l’équilibre psychologique. Douleur atroce et infections lors des mutilations, complications lors des grossesses et des accouchements entraînant une mortalité importante.

De tout temps, on s’est attaqué au corps. Mais c’est surtout celui des femmes qui a été mutilé. La coutume des petits pieds faisaient ressembler les Chinoises à des « hirondelles volantes » mais à quel prix ! Les os broyés par des années de bandages faisaient place à un moignon… considéré comme un élément de séduction ! Dans son très beau livre « L’aventure des femmes » que nous vous présentons en p. 23, Florence Montreynaud écrit : « Comme le dit la sagesse chinoise, les pieds sont bandés non pour les rendre beaux comme l’arc courbé mais pour retenir les femmes quand elles sortent de la maison. »

Autres lieux, autre époque : les cous allongés des « femmes girafes » thaïes ou birmanes et les lèvres distendues des « femmes à plateau » en Ethiopie. Certaines féministes dénoncent l’usage du corset dans nos pays. Moins douloureux sans doute, il entravait pourtant dangereusement la digestion et la respiration et occasionnait des déplacements de côtes.

Les raisons invoquées aux pratiques traditionnelles sont multiples. Tantôt il s’agit d’arguments religieux, tantôt d’arguments moraux auxquels s’ajoutent parfois l’hygiène, le maintien de la fertilité ou la beauté.

Les mutilations sexuelles constituent une atteinte gravissime aux droits fondamentaux. Elles sont heureusement combattues tant dans les pays concernés que par la communauté internationale. En 2006, 16 pays africains les ont interdites. L’ACRF a interpellé à ce sujet le ministre de l’égalité des chances, Christian Dupont, les ministres de la santé Rudy Demotte et Christiane Vienne ainsi que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Mais la répression ne suffit pas. Un travail de conscientisation avec les femmes est indispensable. Il faut y associer les chefs religieux musulmans puisque une des justifications est d’ordre religieux. Ils pourront ainsi confirmer que de telles pratiques ne figurent pas dans l’islam. Le Mali et le Sénégal ont entrepris la reconversion des exciseuses : elles rendent leurs couteaux et sont soutenues dans le démarrage d’une activité commerciale ou artisanale.

Les pays occidentaux se sont retrouvés confrontés au phénomène avec l’arrivée de travailleurs, beaucoup ont pris des mesures pour l’interdire comme la France et la Belgique par exemple. Dès 1993, le Canada est le premier pays à avoir accordé le statut de réfugiées aux femmes victimes de persécutions sexistes. Un travail de sensibilisation est mené avec les familles africaines établies chez nous notamment par le Gam qui regroupe des hommes et des femmes favorables à l’abolition des mutilations sexuelles féminines.

C’est en fin de compte le niveau de vie et d’instruction qu’il faut s’employer à relever. 2/3 des analphabètes dans le monde sont des femmes. Plus elles seront éduquées, explique Florence Montreynaud, plus elles prendront conscience de la nécessité de faire respecter leur intégrité physique et reconnaître leur droit au plaisir.

Anne Vanhese, Libre Propos, Plein Soleil, avril 2007

L’ACRF rejoint ceux qui disent NON aux OGM

Publié le 10 décembre 2006 dans Prises de position

L’ACRF dit NON aux OGM vu la non maîtrise des risques de contaminations et de réduction de la biodiversité.

L’ACRF dit OUI au développement des recherches en vue d’améliorer un meilleur usage des sols, de sauvegarder les semences traditionnelles et de permettre aux petites exploitations agricoles familiales de vivre avec un revenu décent.

L’ACRF a à cœur de répercuter ainsi l’appel lancé par la FIMARC et la CPE lors de la Journée internationale de Mobilisation contre les OGM et pour les semences et l’agriculture paysanne (avril 2006)