Actualités

La plate-forme Souveraineté Alimentaire

Publié le 10 décembre 2006 dans Prises de position

La Plate-Forme Souveraineté Alimentaire (PFSA) est une coordination composée d’associations de développement, d’agriculteurs, de consommateurs, de protection de l’environnement.
Leur mot d’ordre ? Le droit pour chaque Etat de choisir librement ce qu’il va produire, acheter, importer et consommer.

L’ACRF est membre de la plate-forme souveraineté alimentaire

  1. Foire de Libramont
    L’ACRF participe à l’accueil sur le stand de la Plateforme souveraineté alimentaire à la foire de Libramont du 28 au 31 juillet 2006
    Les Outils d’animation utilisés sont

    • la roue de la renaissance, réalisée par le CNCD
    • les panneaux expo souveraineté alimentaire, réalisés par le CNCD et la PFSA
    • le jeu de l’oie en version chevalet
    • le memory
    • la pétition de la campagne souveraineté alimentaire
  2. La pauvreté, c’est nos oignons
    L’ACRF diffuse la campagne de sensibilisation « La pauvreté , c’est nos oignons » pour la souveraineté alimentaire portée par le CNCD et la plate-forme
    Pour obtenir la version papier : contacter le secrétariat de l’ACRF
    Pour signer en ligne : http://www.cncd.be/pages/actu_petition.cfm

L’avenir de l’agriculture passe par une revalorisation de ses métiers

Publié le 10 décembre 2006 dans Prises de position

Intervention de la Vice-présidente de l’ACRF, Véronique Delgleize, dans d’autres associations rurales.

L’agriculture fait partie intégrante du paysage rural. Malheureusement, elle est de moins en moins présente. Ses faiblesses sont bien souvent mieux connues que ses atouts. Et pourtant, sans l’agriculture comment pourrions-nous nous nourrir ? L’ACRF veut informer de la situation actuelle: celle-ci n’est peut-être pas encore catastrophique mais il est temps de prendre des mesures pour lui assurer un avenir. Nous voulons que les métiers de l’agriculture soient revalorisés, ceci passe par une information la plus large possible.

L’ACRF soutient les petites et moyennes exploitations agricoles

Publié le 10 décembre 2006 dans Interpellations

L’ACRF interpelle le Président de la Commission Européenne, J. M. Barroso, les parlementaires européens et le Premier Ministre belge, G. Verhoofstad et leur transmet différentes demandes de ses membres.

Nous refusons l’industrialisation de l’agriculture et l’agrandissement des fermes qui se fait au détriment de la qualité des produits et de l’environnement, entraînant la disparition de nombreuses petites exploitations.

  • Nous revendiquons le soutien à de petites et moyennes structures qui garantissent une alimentation saine, diversifiée et une forte dynamique rurale. Nous demandons que les petits producteurs bénéficient de conditions de travail et de revenus décents : il est impératif que les prix agricoles soient réellement rémunérateurs.
  • Nous insistons pour que deux pré-requis soient au cœur des négociations de l’OMC : les besoins du développement et la place centrale de l’humain. De même, nous voulons que la souveraineté alimentaire soit un critère majeur dans les négociations afin que l’Organisation du Commerce tienne compte des plus faibles et leur permette de vivre dans la dignité.

Par cette démarche, l’ACRF appuie les positions de la FIMARC et du MIJARC suite à l’échec des négociations de l’OMC en juin 2006: « OMC : la dernière chance ? »

Le développement rural pour tous passe par la démocratie et la bonne gouvernance

Publié le 10 décembre 2006 dans Interpellations

L’ACRF était présente à la douzième rencontre mondiale des mouvements ruraux organisée par la FIMARC (Fédération Internationale des Mouvements d’Adultes Ruraux Catholiques), à Taejon en Corée du Sud du 24 avril au 13 mai 2006. Elle tient à répercuter certains éléments de la résolution finale rédigée par les participants.

La présidente de l’ACRF a écrit aux parlementaires fédéraux belges et aux parlementaires européens pour attirer leur attention sur le respect de la dignité humaine à promouvoir sans cesse grâce à une bonne gouvernance reposant sur un fonctionnement démocratique.

Comme tous les mouvements ruraux, l’ACRF reste mobilisée par les grands enjeux concernant le monde rural : accès aux ressources, à l’eau, introduction du concept de souveraineté alimentaire dans les différentes législations.
Nous demandons que les élus européens et nationaux soient attentifs à faire évoluer la société de manière à ce qu’elle apporte un mieux-être pour tous. Nous voulons travailler avec le politique au bien commun parce qu’il est illusoire de croire qu’il est possible de transformer les sociétés sans exercer un pouvoir politique.

FIMARC XIIe Rencontre Mondiale 2006 en Corée du Sud : Résolution finale (mai 2006).
Voir aussi J. Randaxhe, « J’ai participé à l’Assemblée Mondiale de la FIMARC« , Plein Soleil, septembre2006.

Le mondial et nos achats de vêtements pour la rentrée des classes

Publié le 10 décembre 2006 dans Prises de position

Suite à la Coupe du Monde de football 2006, l’ACRF veut sensibiliser les consommateurs que nous sommes à la réalité de vie des travailleurs et travailleuses (majoritaires) de l’industrie textile en regard des investissements publicitaires colossaux qui ont lieu à l’occasion d’événements sportifs planétaires comme le Mondial.
A cette occasion, la revue de l’ACRF publie un article bien documenté et le mouvement relaie lors de ses activités « large public » la campagne « Bien dans mes baskets » de l’association Vêtements Propres.
Voir A. Vanhese, « Bien dans mes baskets« , dans Plein Soleil, septembre 2006.

L’ACRF soutient les droits des travailleurs dans le monde

Publié le 10 décembre 2006 dans Prises de position

L’ACRF relaie, lors de ses différentes activités, la campagne « Ceux qui en croquent, ceux qui en bavent » de l’ASBL Vêtements Propres.

Le 18 décembre 2006, sa présidente, au nom du mouvement envoie un courrier à M. Henke, « Director of social » de Adidas-Salomon en Allemagne. L’ACRF demande son intervention auprès de la direction de l’usine Panrub en Indonésie.

Les travailleurs de cette entreprise confectionnent les chaussures de football Adidas. Ils ne sont pas autorisés à exercer leur droit à la liberté d’expression, plusieurs ont été renvoyés pour un jour de grève. Nous demandons qu’un dialogue social soit instauré au sein de l’entreprise. Nous demandons également que M. Henke contacte la direction de l’entreprise pour l’informer qu’il soutient le réengagement des personnes licenciées. Adidas dispose d’un code de conduite dans lequel il s’engage à garantir la liberté d’association et le droit de grève. Nous demandons de concrétiser cet engagement, dans la pratique, partout où sont fabriquées ses chaussures.