Actualités

Les aides européennes

Publié le 10 avril 2009 dans Interpellations

Le 29 avril, l’ACRF interpelle le Premier Ministre, M. Lutgen, Ministre de l’agriculture en région wallonne, Madame Laruelle, Ministre de l’agriculture au gouvernement fédéral et M. Olivier Chastel, chargé de préparé la future Présidence Belge de l’Europe. Les membres de l’ACRF, sont scandalisées d’apprendre que dans différents pays européens les subventions sont accordées aussi légèrement. Elles aimeraient connaître les critères qui permettent à la Reine d’Angleterre, à son fils, à des clubs d’équitation, de ski, à des magnats de l’industrie automobile de bénéficier d’une aide à tout le moins controversée. De plus, seuls 7 pays acceptent de « jouer » la transparence, c’est une honte.
Un des objectifs de la PAC est bien de : « donner aux agriculteurs de l’UE des conditions raisonnables de vie tout en permettant au secteur agricole de se moderniser et d’évoluer ». Dans les zones rurales de l’UE, beaucoup de petits agriculteurs sont endettés, voire surendettés par la continuelle baisse du prix d’achat de leurs productions (le lait par exemple). Ils ne peuvent plus faire vivre décemment leur famille. Les suicides sont en augmentation chez ces petits indépendants. Nous constatons que ce ne sont pas eux qui reçoivent l’aide de la PAC, c’est une injustice flagrante.
Nous demandons que la Belgique soit attentive à ce type de procédé et que nos représentants au Conseil de l’Europe et à la Commission européenne les dénoncent.

Pour une économie à visage humain

Publié le 10 mars 2009 dans Prises de position

En mars, l’ACRF a signé la pétition en ligne sur ce sujet. Elle sera remise directement aux représentants officiels du sommet et aux dirigeants lors d’une marche de milliers de personnes fin mars. Nous demandons qu’un plan de sauvetage puissant et concerté de tous les dirigeants du monde pour empêcher qu’une nouvelle dépression mondiale ne provoque une augmentation de la pauvreté dans le monde.

L’ACRF signe la pétition

Publié le 10 février 2009 dans Interpellations

Le 18 février, l’ACRF rejoint la FIMARC et interpelle Mme Laruelle sur le sort peu enviable des producteurs de lait. Nous demandons que les producteurs laitiers obtiennent un prix permettant de couvrir les coûts de production, les investissements indispensables mais aussi obligatoires et la main d’œuvre. Ce prix de revient est compris en moyenne entre 0,4055 €/litre et 0,4505 €/litre (source : Direction Générale de l’Agriculture, Les nouvelles de l’automne 2008, page 5). Ceci implique un prix de base d’un minimum de 0,35 €/litre auquel il faut rajouter les suppléments et compensations diverses. La pétition a été signée dans les différentes régions ACRF.

Appel mondial à un cessez-le-feu

Publié le 10 janvier 2009 dans Interpellations

En janvier, l’ACRF s’associe à Avaaz pour dénoncer les attaques et les morts de civils à Gaza. Nous demandons un arrêt des hostilités et la protection des civils des deux côtés. Un cessez-le-feu durable doit être instauré et respecté de part et d’autre. Une pétition a déjà été signée par 250.000 personnes dans le monde. Des courriers ont été envoyés dans ce sens au Conseil de sécurité de l’ONU, à l’Union européenne, à la Ligue arabe et aux USA.

L’ACRF interpelle les autorités communales

Publié le 10 décembre 2008 dans Interpellations

L’ACRF adresse une interpellation aux autorités communales et au CPAS de Gedinne pour demander leur soutien dans les démarches qu’elle a mise en place pour des réfugiés. C’est une famille bien intégrée qui attend la régularisation de son statut depuis plusieurs années. Elle risque l’expulsion.

L’Europe veut changer sa directive

Publié le 10 décembre 2008 dans Interpellations

L’ACRF s’inquiète depuis longtemps de la politique européenne concernant la situation des sans papiers. Un courrier a été envoyé à M. Bernard Kouchner, commissaire européen. Il dit ceci : « Les enfermements, la longueur des procédures, les expulsions sans ménagement, dans des pays en guerre parfois, sont indignes de pays démocratiques. La souffrance de familles, d’enfants n’est pas prise en compte, est-ce normal ?
Et aujourd’hui, une nouvelle directive infamante doit être votée en Commission européenne. Nous sommes révoltées, d’autant plus que nous avons découvert que c’est probablement sous votre présidence aux affaires générales que celle-ci risque d’être concrétisée. Nous espérons que votre passé dans le domaine de l’humanitaire vous incitera à aborder cette problématique de manière plus humaine.
Nous nous étonnons que la France, pays des droits de l’homme, soit porteuse de ce type de directive. Nous demandons qu’elle soit annulée et que le problème des sans papiers fasse l’objet de réflexions approfondies et respectueuses des droits de chacun ».