Actualités

L’union (européenne) fait la force

Publié le 3 mai 2019 dans Interpellations

En cette veille d’élections, l’ACRF – Femmes en milieu rural qui mène une campagne de sensibilisation sur la nécessité de l’Union Européenne, interpelle les députés européens et les candidats des partis belges aux élections européennes du 26 mars, suite au dépouillement des questionnaires remis à diverses personnes concernant leur représentation idéale de l’Europe.

Pour lire cette interpellation, cliquez sur 190503 interpellation finale Papier entête

N’hésitez pas à compléter notre questionnaire en vous rendant sur l’onglet action > campagne

Cancer du sein : refuser de rembourser les médicaments aux hommes est une discrimination fondée sur le sexe

Publié le 3 mai 2019 dans Presse

Bruxelles, le 29 avril 2019 – Le Tribunal du Travail de Liège a décidé que refuser de rembourser les médicaments aux hommes atteints d’un cancer du sein, alors qu’ils le sont pour les femmes, constitue une discrimination fondée sur le sexe. Cette décision va dans le sens de la recommandation de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes et de ses partenaires : les hommes et les femmes doivent bénéficier des mêmes remboursements pour les mêmes soins.
Atteint d’un cancer du sein depuis 2016, un patient n’a reçu aucun remboursement pour son traitement. La raison ? Il est un homme, et non une femme. Selon les critères de l’INAMI, les médicaments prescrits ne sont remboursables que dans le cas d’un cancer du sein chez les femmes pré- ou périménopausées. La mutuelle refuse donc de rembourser le traitement. Pourquoi un médicament pourrait être remboursé à une femme et non à un homme, ou inversement ? Ce patient, soutenu par l’Institut, a décidé d’intenter une action en justice contre sa mutuelle et l’INAMI afin de réparer cette injustice. Il a finalement obtenu gain de cause. Le Tribunal du Travail de Liège a confirmé la position de l’Institut :  » aucun homme ne pouvant être ménopausé, il s’agit d’une discrimination directe « . Le Tribunal contraint donc la mutuelle à intervenir dans le remboursement des médicaments et octroie la somme d’un euro symbolique à l’Institut.
 » Une personne atteinte du cancer du sein, homme ou femme, doit être remboursée pour son traitement. Il n’y a pas lieu de faire de distinction. Nous espérons que plus aucun homme ne devra à nouveau intenter une action en justice pour obtenir un remboursement et que les critères seront adaptés de manière structurelle pour que les hommes soient autant remboursés.  » insiste Michel Pasteel, directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.
Ce jugement rappelle l’objet de la recommandation rédigée, cet été, par l’Institut et ses partenaires, Kom op tegen Kanker, la Fondation contre le Cancer, la Belgian Society of Medical Oncology, Borstkanker Vlaanderen, Borstkankerman et Vivre comme Avant, afin d’assurer le même remboursement de certains médicaments aux hommes et aux femmes.
La recommandation ainsi que le jugement complet sont accessibles sur le site www.igvm-iefh.belgium.be sous la rubrique Actualité.
Contact presse
Institut pour l’égalité des femmes et des hommes
Caroline Loret-Vanderlinden
E-mail : caroline.loretvanderlinden@iefh.belgique.be
Tél. : +32 2 233 45 21
http://igvm-iefh.belgium.be

Les femmes à l’honneur

Publié le 2 mai 2019 dans Actualités générales

A quelques jours de la fête des mères, nous vous proposons de découvrir l’interview d’une d’entre elles, mère, épouse, exploitante agricole et Présidente de la Fédération Wallonne de l’Agricuture.  Une femme bien engagée.

Pour découvrir cette article cliquez sur Présidente FWA et sur l’onglet PS pour prendre connaissance de l’entièreté du numéro de mai 2019

6 ans déjà – triste anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza

Publié le 17 avril 2019 dans Actualités générales

Le 24 avril, il y aura 6 ans, jour pour jour, le Rana Plaza s’effondrait. Juste avant le drame des milliers de travailleurs, pour la majorité des femmes, avaient été contraints par leur direction de reprendre leur poste de travail pour honorer les commandes d’entreprises européennes d’habillement.

Il ne s’agit hélas pas du seul exemple de violations des droits humains ou de dommages environnementaux commis par des entreprises dans l’histoire récente: catastrophe de Bophal en Inde, pollution à grande échelle causée par Chevron en Equateur, violations des droits du travail de la part de Samsung, déversement d’amiante par Eternit en Inde, violations des droits humains par le géant agricile belgo-luxembourgeois SOCFIN en Sierra Leone, travail des enfants dans le secteur du cacao en Afrique de l’Ouest, etc.

Rana Plaza: plus jamais ça?  Sans la mise en place d’un cadre juridique qui clarifie les règles et les impose à toutes les entreprises, une nouvelle catastrophe n’est pas à exclure, au Bangladesh ou ailleurs dans le monde.

En ce 24 avril, nous exhortons les partis politiques belges à adopter une loi nationale qui oblige les entreprises à respecter effectivement les droits humains et l’environnement.

Tous les détails de l’action sur la page FB d’ Ach’act

 

 

 

 

 

Les idées reçues sur l’agneau de Pâques

Publié le 17 avril 2019 dans Presse

Communiqué de presse

Quelles sont les idées reçues sur l’agneau de Pâques?

Dans l’imaginaire collectif, on a souvent tendance à croire que l’agneau dit « de Pâques » est un nouveau-né ou qu’il s’agit des jeunes agneaux que l’on voit gambader en prairie à la même époque. A quelques jours des festivités pascales, la Cellule d’Information Agriculture apporte des éclaircissements quant aux modes d’élevage et de production en Wallonie.

 

Croire que la viande d’agneau provient de nouveau-né est une erreur commune. La viande d’agneau qui se retrouve traditionnellement sur notre marché à Pâques, provient en fait d’animaux de 3-4 mois élevés en bergerie. La météo hivernale permet difficilement d’élever de jeunes agneaux à l’herbe. A 3-4 mois, l’agneau pèse déjà près de 40 kg, soit presque la moitié de son poids adulte. En effet une brebis (femelle) adulte pèse de 70 à 90 kg.  Les professionnels (bouchers et éleveurs) utilisent le terme technique « agneau » pour un animal qui couvre la période de 0 à 12 mois même si l’agneau/agnelle (femelle) est déjà mature sexuellement, c’est-à-dire prêt à se reproduire, à partir de 6-7 mois. Lorsque nous mangeons le traditionnel agneau de Pâques, nous ne consommons donc pas un agneau « bébé » au contraire de ce que fait croire l’appellation technique utilisée par les professionnels.

Pour prendre connaissance du Communiqué de presse, cliquez sur Celagri CP

Pour en savoir davantage CELAGRI_Dossier_Production d’agneau et élevage ovin_avril2019

Marche des survivantes à Namur

Publié le 10 avril 2019 dans Actualités

Après le départ au petit matin, rendez-vous au Palais provincial pour l’accueil des survivantes par la députée provinciale Mme Lazaron. Pour poursuivre cette matinée, avant la marche de Namur à Sambreville, accueil au Parlement Wallon du groupe par Eliane Tillieux.
quelques témoignages en images… Pour en savoir plus rendez-vous sur la page FB de la marche des survivantes