Interpellations

L’effet boomerang

Publié le 13 juillet 2010 dans Interpellations

boomerang05De nombreux pays, suite à la mondialisation des échanges commerciaux se sont endettés…

Cela provoque des effets négatifs tant au Nord qu’au Sud de la planète.
Le spectacle ouvre une fenêtre sur la compréhension des conséquences de la mondialisation économique.

Création collective : « Les Aragnes ».

 

Mise en scène : Centre Dramatique en Région Rurale, Emile Hesbois.
Collaboration Entraide et Fraternité Pierre Gillet.

Avec l’aide du Ministère de la Communauté française et des Affaires Sociales.

Fiche Technique

Durée du spectacle : 30 minutes

Matériel nécessaire : néant

Jeu sans plateau au milieu du public

Coût : 350,00 €

Folder de présentation

L’effet boomerang par l’atelier « Les Aragnes » de L’ACRF
Mise en scène d’Emile Hesbois du Centre Dramatique en Région Rurale

Présentation dans le programme du Festival international de théâtre-action.
Pour changer le dialogue Sud-Nord, il faut des actions concrètes et aussi une compréhension des mécanismes créateurs de sous-développement, dette, « effet boomerang ». Une collaboration est née avec l’ONG Entraide et Fraternité pour mettre en lumière les analyses de Susan George dans son livre «L’effet boomerang ».

Dans l’Appel ( J.B. )

Banque Mondiale, FMI, OMC sont des termes souvent utilisés par les médias quand ils traitent de l’économie mondiale…Et voici que ces acteurs sont mis en scène par « Les Aragnes » du nom wallon pour Araignées d’un atelier théâtral de l’Action Chrétienne Rurale des Femmes( ACRF).
Ce sont donc des actrices, non-professionnelles, qui représentent avec beaucoup de réalisme, ces acteurs, le plus souvent masculins et très professionnels, de la vie politique et économique du monde. Sont ainsi typés les jumeaux Fond Monétaire International et Banque Mondiale, par une même actrice évidemment, mais aussi avec haut-de-forme et habit à queue de pie, l’Organisation Mondiale du Commerce….

…A leurs côtés, il y a le couple des décideurs politico-économiques des pays dits développés aux prises avec excédents de productions et chômage ainsi que deux des dirigeants des pays du Sud dont les discours politiques apparaissent bien comme de simples façades. Ceux-ci ne résistent pas aux armes des gendarmes financiers internationaux que sont les programmes d’ajustement structurels, suppression des services publics, privatisations, échanges inégaux de matières premières aux bas prix contre produits finis toujours plus chers, dévaluations, intérêts des dettes extérieures etc…Quand ce ne sont pas des miroirs aux alouettes du genre : « Avec nos tracteurs , vous aurez une agriculture à haute technologie » !
Qu’ils soient du Nord ou du Sud , les dirigeants nationaux cherchent à mettre dans le coup les citoyens-spectateurs… Mais le jeu théâtral caricature à peine la réalité : de dialogues et d’échanges, il n’y en a quasi pas, tellement les discours avancés sont rapides et sans appel : « La charité n’existe pas en affaires ; laissez cela aux Eglises », « Place à la Sainte Trinité Productivité, Rentabilité, Compétitivité », « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain »

Ainsi, toute l’assistance est-elle rendue plus consciente de l’effet boomerang de la mondialisation du commerce. Mais face à cette valse de mesures à vous couper le souffle- et les moyens d’existence- pointe quand même un air frais, un air porté par les paroles de « Lily » une jeune immigrée rêveuse…
« L’Effet Boomerang » est une animation théâtrale à voir, à faire voir, et à revoir, même si tout n’est pas dit en trente minutes à propos du commerce mondial, et surtout , de la spéculation qui concerne aujourd’hui 95% des transactions financières faites à travers le monde…

Dans Vers l’Avenir ( P.L.)

…L’effet boomerang, une pièce engagée qui critique ouvertement les effets pervers de la mondialisation de l’économie… Les dialogues ont le mérite d’être clairs , même incisifs. On ne tourne pas autour du pot et les spectateurs, intégrés dans le spectacle par le jeu d’acteurs francs et rôdés, n’ont pu qu’apprécier…

De Jean Debouny à Havelange

A l’affiche: L’effet boomerang, pièce écrite par les actrices mêmes de la troupe Les Aragnes. Pièce à thème, destinée à secouer notre passivité citoyenne qui fait la part belle au cynisme du F.M.I., de la Banque Mondiale et leurs hommes de paille: les décideurs politiques du Nord et du Sud. Jusqu’ à quand la population mondiale se laissera berner par les slogans de la « Sainte Trinité, Productivité, Rentabilité, Compétitivité » ? Un théâtre engagé où l’on ne rit guère. L’on grince, comme dans les contes philosophiques de Voltaire, tressautant au rythme des électrochocs que nous envoient les actrices métamorphosées en automates, en abstractions caricaturales et fallacieuses d’un chantage économique à l’échelle planétaire, dont nous sommes tous complices.

Le théâtre considéré comme l’outil didactique par excellence de la résistance aux pouvoirs économiques. Une initiative à saluer.

 

 

Pour une politique sociale

Publié le 10 juin 2010 dans Interpellations

Le 2 juin, l’ACRF a rejoint les signataires de la pétition en ligne sur ce sujet. Pour prévenir la précarité et la pauvreté, nous demandons à nos responsables politiques de répondre à un quintuple défi. Il est en effet indispensable, pour nous, signataires de la pétition de :

  • d’investir dans un enseignement de qualité qui participe à l’émancipation de tous dans le respect du principe d’égalité réelle des chances ;
  • de garantir le développement d’un marché de l’emploi suffisant et accessible à tous ainsi qu’une offre de formation de qualité pour permettre à ceux qui cherchent à s’insérer de trouver un terrain favorable ;
  • d’augmenter le niveau des allocations sociales, des revenus de remplacement et des bas salaires ;
  • de préserver, par le biais d’une fiscalité équitable, un système de sécurité sociale qui garantisse l’accès aux droits sociaux de base pour tous, avec une attention particulière aux femmes et aux personnes les plus fragilisées par la crise économique et sociale ;
  • de consentir un investissement massif, ciblé, programmé et évalué dans les dispositifs associatifs et publics qui tissent le lien social dans la vie des villages et des quartiers.

L’ACRF présente les revendications

Publié le 10 mars 2010 dans Interpellations

Brigitte Laurent est la représentante de l’ACRF à la Plateforme de la MMF. Le 6 mars, au Palais de justice, elle a présenté les revendications sur le thème des services publics aux représentants du monde politique. Le travail fait dans les groupes locaux et les régions l’année précédente a alimenté cette intervention.

L’ACRF veut distribuer ses folders …

Publié le 10 décembre 2009 dans Interpellations

La semaine du 14 décembre a été chahutée à l’ACRF. Nous organisions des distributions de folders pour sensibilisé au covoiturage à Bruxelles. Le Botanique nous a refusé l’autorisation d’informer ses « clients ». Nous avons interpellé différents inspecteurs de la Communauté française, le Président du Botanique et l’égalité des chances pour signaler ce fait peu commun. Si nous avons bien compris leur argument, ce serait parce que nous sommes une association confessionnelle. Mme Bertolini me dit par téléphone « vu notre public, je ne veux pas trop colorer le Botanique ». Nous nous posons la question suivante : un centre culturel est-il pas pluraliste ? Si oui, nous ne comprenons pas ce refus.

Le prix des services en milieu rural !

Publié le 10 décembre 2009 dans Interpellations

Le 9 décembre, l’ACRF envoie un courrier à Monsieur le Ministre de la protection des consommateurs Paul Magnette et aux différents Ministres concernés pour les informer des disparités entre les régions autour du coût des énergies. L’ACRF, mouvement d’Education permanente de femmes en milieu rural se bat depuis plusieurs années pour que les consommateurs des le moins possible lésés par les décisions ayant un impact sur leur budget au quotidien. Que ce soit pour le prix des énergies, la suppression d’arrêts de train, de services de bus, le coût-vérité de l’eau et maintenant le ramassage des déchets, les habitants du milieu rural paient le prix fort et sont moins bien ou pas du tout desservis par les services publics. Dernière information en date, les habitants des zones plus éloignées en Wallonie paieront jusqu’à 40 % plus cher le ramassage des déchets. Ceci pour arriver au coût réel. Nous avons également constaté que le prix du m³ de l’eau peut aller du simple au double selon l’endroit où l’on habite. La Province de Luxembourg est particulièrement touchée par tous ces surcoûts. Pourquoi avoir annulé le système de la péréquation qui était en vigueur auparavant ?
Nous rappelons que les normes de fréquentation, de distance instaurées pour le milieu urbain ne conviennent pas au milieu rural et sont à revoir. Nous espérons que vous tiendrez compte de nos observations lors de vos prochaines prises de décision et que la solidarité envers les ruraux fera à nouveau partie des débats.

Rencontre d’un Député

Publié le 10 décembre 2009 dans Interpellations

Le groupe écolo est dans la majorité à différents niveaux, il nous a paru important de les sensibiliser aux problématiques liées au milieu rural. Pour ce faire, le 21 décembre, la Secrétaire générale et la Présidente de l’ACRF rencontrent M. Georges Gilkinet, député fédéral pour lui présenter les revendications du mouvement afin qu’il les reportent à ses collègues dans les différents gouvernements. Elles portent notamment sur la mobilité, la disparition des services publics et leur coût pour les habitants des zones peu peuplées. Nous avons également demandé que les questions du milieu rural soient dans les priorités portées par le groupe.