Interpellations

Pour un congé de maternité plus juste

Publié le 7 mars 2018 dans Interpellations

Plusieurs associations et mouvements féminins ont envoyé ce 07  mars, une lettre ouverte à la Ministre de la Santé Maggie De Block.  L’objet de ce courrier concerne la discrimination vécue par beaucoup de femmes enceintes: les incapacités de travail survenant dans les 6 dernières semaines avant l’accouchement qui sont converties en congé de maternité.  Nous dénonçons cette situation et appelons à un changement de loi

Pour prendre connaissance de la lettre ouverte, cliquez sur lettre ouverte – congé de maternité

 

COP 22: un symbole pour un continent et un espoir pour la justice climatique

Publié le 10 novembre 2016 dans Interpellations

Depuis le 7 novembre 2016 et jusqu’au 18 novembre, les Nations Unies sont retournées au chevet du climat. La 22e Conférence des Parties (COP 22) a lieu à Marrakech au Maroc. Il s’agit pour tous les Etats réunis d’établir comment l’Accord de Paris va concrètement être mis en œuvre.
Depuis près d’un an, l’ACRF-Femmes en milieu rural le répète: le réchauffement climatique n’est pas un détail ni un problème accessoire. C’est  un challenge incontournable pour notre génération et vital pour l’avenir de l’Humanité. Nous devons donc relever ce défi avec toute notre pugnacité et notre détermination.
La COP 22 est une étape de plus sur le chemin, mais une étape, à nos yeux, déterminante puisqu’elle va donner des directions concrètes aux politiques mondiales et surtout élaborer un calendrier d’actions et d’investissements…
Pour lire la suite de notre interpellation, cliquez sur interpellation-cop-22-finale

Lettre ouverte aux Gouvernements et Parlements de Belgique

Publié le 19 octobre 2016 dans Interpellations

Assesse, le 19 octobre 2016.

Mesdames et Messieurs les élus,

L’ACRF – Femmes en milieu rural, mouvement d’éducation permanente, s’associe à la grande majorité des Wallons pour soutenir la position courageuse de notre région dans le rejet de l’accord sur le CETA, (Canada Europe Trade Agreement) dans sa forme actuelle.
Les femmes de notre mouvement estiment en effet que signer cet accord serait suicidaire pour notre économie, pour nos services publics et nos soins de santé ainsi que pour nos normes environnementales et sociales.
Nous sommes fières de notre région qui maintient sa position fermement, malgré les pressions voire les menaces, des autres entités fédérées, d’autres pays européens et du Canada. Nous soutenons le Ministre-Président Paul Magnette dans sa position, non pas de s’opposer pour s’opposer mais pour garantir le droit démocratique de notre région de refuser la signature, en l’état, d’un accord qui serait catastrophique pour notre pays.
La logique marchande qui serait à l’œuvre si nous signions ce traité, contribuerait à déstructurer plus encore notre économie et ne ferait que creuser les inégalités au sein de la population. Contrairement à l’image que certains tentent de véhiculer, nos élus régionaux ne sont en l’occurrence pas tant des empêcheurs de tourner en rond que des empêcheurs de foncer droit dans le mur !
Pour toutes ces raisons, le mouvement ACRF – Femmes en milieu rural qui a dans ses priorités et ses valeurs, la défense de tous les citoyens, la défense de l’agriculture et l’option pour les plus pauvres, encourage et soutient fortement la position de la Wallonie en disant sa fierté d’appartenir à cette communauté.

Veuillez recevoir, Mesdames et Messieurs les élus, l’expression de notre respect et de notre détermination.

Pour l’ACRF – Femmes en milieu rural
Daisy Herman, Secrétaire générale

Pas pesticides dans le BIO!

Publié le 27 février 2016 dans Interpellations

Ne laissez pas l’Europe autoriser les pesticides dans les produits bio, signez la pétition et surtout partagez-la au maximum !
Des pesticides dans le bio, jamais !Le règlement européen pour l’agriculture biologique est actuellement en cours de révision. Parmi les différentes modifications concernant la production animale ou végétale se trouve une possibilité de tolérance aux pesticides dans les produits bio.
La détection de pesticides dans les produits biologiques mène actuellement à une perte du label bio. Si les cas de fraude sont extrêmement rares, il arrive néanmoins que des contaminations accidentelles se produisent lors du transport, du stockage des produits ou de la culture (dérives de champs voisins).
Le nouveau projet de règlement européen prévoit quant à lui de ne décertifier un produit bio contaminé qu’en cas de faute de l’opérateur (traitement, négligence,…). Si la faute ne peut être prouvée, on parlera alors de contamination accidentelle et en dessous d’un certain seuil de pollution, les produits pourraient être commercialisés sous le label bio.
Il s’agit donc purement et simplement de tolérer un certain niveau de présence de pesticides dans les produits biologiques !
Pour Nature & Progrès Belgique, une adoption des textes actuellement en négociation est impensable. Il est hors de question de faire reculer l’agriculture biologique en tolérant la présence de pesticides dans les produits proposés aux consommateurs sous le label bio.
L’association revendique dès lors la mise en place d’un seuil zéro-pesticides harmonisé pour tous les Etats-membres, c’est-à-dire une décertification des produits bio dès que la présence de pesticides est détectée.
Ne laissez pas l’Europe autoriser les pesticides dans les produits bio, signez la pétition et surtout partagez-la au maximum !
Plus d’infos : www.natpro.be

Soutien à la SNCB

Publié le 7 janvier 2016 dans Interpellations

L’ACRF – Femmes en milieu rural soutient les demandes des cheminots pour garder un service public de qualité. Notre mouvement est particulièrement inquiet de cette situation qui risque de détériorer encore la mobilité en milieu rural.  C’est pourquoi nous soutenons la déclaration commune d’organisations de la société civile qui réclament un rail fort, accessible et de qualité.

Pour lire le Communiqué de Presse et accéder à la déclaration, cliquez sur  CP SNCB Presse-3

Les femmes continuent à payer la facture

Publié le 5 novembre 2015 dans Interpellations

La Plateforme Féministe Socioéconomique rappelle au gouvernement que les mesures d’économie actuelles, ainsi que les réformes sociales planifiées, précariseront encore plus les femmes. Pourtant, dans sa déclaration de politique générale, le gouvernement fédéral s’est engagé à “tenir mieux compte de la dimension de genre sur le marché du travail” ainsi que de la “situation différente des femmes et des hommes dans le cadre
des réformes socio-économiques” et à porter une attention particulière à la “conciliation entre travail et vie familiale”.

Pour lire le communiqué de presse, cliquez sur CP_Plateforme_Feministe_Socioeconomique_FR_20151007