Campagnes

Reprendre du temps pour l’essentiel

Publié le 9 juin 2012 dans Campagnes

escar 6 jeu mu

Nous vivons aujourd’hui dans une société de la démesure, emportés dans une course perpétuelle. Urgence, délai, mode, obligation, performance, sont les maîtres-mots (maux) de nos vies. Malheureusement, ce rythme nous dépossède de nous-mêmes, de notre histoire, de notre « vivre ensemble ». Bref, il nous prive des choses essentielles.

Cet essentiel est pourtant là, à portée de mains. Il est temps de freiner un grand coup pour réorienter nos existences vers plus de qualité, d’intensité, de bien-être, d’entraide et de solidarité, de pertinence. Mais comment reprend-on la maîtrise de son emploi du temps ? Comment découvrir, reconnaître et respecter son « temps juste » ? C’est-à-dire comment ralentir sereinement sans perdre le désir d’avancer, de découvrir et d’explorer ? Et puis, comment trouver l’énergie pour avancer à contre-courant de la société et de ses diktats ?

téléchargez: 2012_21_livre_blanc

 

Les semences donnent du sens!

Publié le 9 juin 2012 dans Campagnes

2012-semence-affiche-A4Aujourd’hui, seulement 20 espèces végétales fournissent 95% des calories alimentaires de l’humanité. 80% des espèces cultivées il y a encore 50 ans ont disparu. Que nous restera-t-il dans 50 ans ?

L’industrie semencière est en cause : après avoir enfermé les graines dans des catalogues officiels, elle organise leur brevetage et fixe les règles de leur commercialisation, à son avantage bien entendu.

La semence, comme l’eau, le vent, est un bien commun inaliénable. Retrouvons le sens de la semence qui appartient à tous, s’échange, se multiplie, s’adapte à son milieu.

La semence est gratuite, elle est sacrée, elle porte la vie. Elle est un de nos biens les plus précieux. De sa protection dépend notre survie et celle de l’environnement. Mais la semence n’a de sens que si on l’offre à la terre pour produire, évoluer, se perpétuer et garantir la biodiversité. Notre mouvement lance un appel : remettons la semence au centre des préoccupations. Protégeons-la, récoltons-la, partageons-la, libérons-la en lui permettant de grandir dans nos potagers, sur nos balcons et terrasses, sur les trottoirs, dans les terrains vagues. Laissons-la pousser et germer au gré de nos envies, partout où elle pourra s’exprimer.

Il existe une façon amusante de semer la biodiversité et de réintroduire dans le champ visuel de tout un chacun (sur les trottoirs, terrains vagues, bords de routes et d’autoroutes, sentiers, places publiques, …) des fleurs ou des légumes dont la présence inattendue par endroits favorisera la réflexion. Connaissez-vous les bombes à graines ? Elles consistent en un mélange de terreau ou compost, d’argile rouge en poudre et de graines diverses (toujours indigènes) additionné d’un peu d’eau, modelé en boule et séché que vous pouvez propulser dans un endroit de passage. Fabriquer et répandre des bombes à graines est une autre façon de militer et de résister à un système économique et politique qui nous prive du droit de reproduire et partager nos semences.

Pour en savoir plus: téléchargez 2012-semence-tract-A5

Le sais-tu?

Publié le 9 juin 2011 dans Campagnes

modele%20de%20base_100dpiChaque seconde, près de 39 téléphones portables sont vendus dans le monde et 200.000 SMS échangés! En moins de trente années d’existence, ce qui n’était qu’un gadget est devenu un outil de communication essentiel .Aujourd’hui, il nous est quasiment impensable de vivre et de travailler sans notre téléphone portable. Mais si le téléphone portable a amélioré certains aspects de notre vie, pour les travailleurs qui les fabriquent, c’est une autre histoire.

Pour en savoir plus: www.vetementspropres.be

Stop ou encore?

Publié le 9 juin 2011 dans Campagnes

2011_Affiche_Terre

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde occidental s’est développé de manière insoutenable, tant sur le plan humain que sur les plans matériel et environnemental. Les privilégiés que nous sommes avons vécu comme des rois, au détriment du Sud et sans nous soucier du long terme. Très vite, au regard de l’histoire de l’Humanité, les sols et sous-sols se sont appauvris et nos écosystèmes ont déraillé : logique. Et pourtant, nous l’avons fait !

Pendant longtemps on nous a dit (et on nous dit encore) que tout était permis, pourvu que nous gardions la croissance économique – c’est-à-dire la consommation – en ligne de mire. Le système allait s’autoréguler et il y aurait du travail pour tous !

Pour en savoir plus: téléchargez Stop_ou_encore

 

Soutien à la campagne « Asia Floor Wage »

Publié le 10 décembre 2010 dans Campagnes

vp1

Durant tout l’été, la Campagne Vêtements Propres a été présente dans les festivals et lors de divers événements. L’ACRF fut aux commandes de l’animation à Namur, lors des Fêtes de Wallonie le 18 septembre, ainsi qu’à la clôture de la marche Mondiale des Femmes à Tervuren le 10 octobre 2010. Vous avez été nombreux-ses à nous y retrouver et à exigez aussi des salaires décents pour les travailleuses de l’habillement.

Depuis le lancement de la campagne de soutien à l’Asia Floor Wage, fin mai 2010, vous êtes 18 497, en Belgique francophone, à vous être mobilisés pour marquer votre soutien à ce mouvement asiatique pour un salaire décent dans l’industrie de l’habillement. La Campagne Vêtements Propres a profité du Forum des Peuples d’Asie et d’Europe et de la présence des représentants de l’Asia Floor Wage à Bruxelles pour leur remettre en main propre les cartes. Ce signe manifeste d’une solidarité entre consommateurs et travailleurs est une belle réussite

Taux cohabitant: non à la sécurité sociale sans filet

Publié le 10 décembre 2010 dans Campagnes

affiche_acrf_hdef

En Belgique, un ménage sur trois est isolé, c’est-à-dire composé d’une personne seule avec ou sans charge de famille. Que cache cette statistique ? En Région wallonne, il y a une offre d’emploi pour 30 demandeurs d’emploi… On se bouscule donc au portillon du chômage voire de l’aide sociale, censés être les derniers remparts contre la misère.
Malheureusement, les conditions d’octroi des allocations sociales se sont durcies. L’Etat fait des économies ! Il se réfère désormais au statut familial (cohabitant ou isolé) pour évaluer les droits des individus. On aurait besoin de moins d’argent quand on vit à plusieurs…
Chaque jour qui passe, des cohabitants constatent le contraire! Les nombreuses charges qui pèsent sur les épaules des ménages quels qu’ils soient les contraignent, très souvent, à vivre sur la corde, pour joindre les deux bouts ! Tels des funambules, les cohabitants de la sécurité sociale tentent de maintenir un équilibre précaire !
Dans un carnet de témoignages inédits publié par l’ACRF, il apparaît qu’en vertu de ses mesures d’austérité, notre Etat social moderne ne recule devant rien : les vies privées des allocataires sociaux sont épluchées ; les couples sont discriminés ; la femme est en proie à l’injustice. Pire, le Belge apprend à vivre dans la « clandestinité ». Parfois, les familles éclatent parce que c’est trop dur. Jusqu’où irons-nous ?