Archives mensuelles: mars 2017

Votre avis sur le plan national de réduction des pesticides

Publié le 27 mars 2017 dans Actualités

À vos claviers pour prendre position !

Glyphosate, perturbateurs endocriniens, dépendance aux pesticides…  Le citoyen a aujourd’hui l’occasion de s’exprimer sur ces sujets cruciaux dans le cadre d’une consultation nationale. Découvrez l’appel à participer lancé par plusieurs associations, dont Natagora.

Vu la complexité des enjeux… et de la consultation, les associations ont créé un outil en ligne pour aider les citoyens à remettre un avis sur le plan d’action national de réduction des pesticides. Elles ont évalué l’ensemble des mesures proposées au regard d’enjeux prioritaires liés à la santé et à l’environnement. Sur base de leur analyse, elles proposent une série d’améliorations à ce projet de plan et invitent les citoyens à participer à la consultation en remplissant un formulaire simplifié :

Natagora vous invite à dire que vous estimez les mesures présentées dans le plan insuffisantes et à soutenir les propositions formulées par les associations environnementales. Nous savons que le questionnaire peut vous sembler fastidieux, mais nous comptons sur vous !

La consultation « officielle » est également possible à cette adresse : http://search.fytoweb.be/napan18-22/fr/. Elle est ouverte jusqu’au 10 avril 2017.

Plein Soleil Avril

Publié le 27 mars 2017 dans Plein-Soleil

L’ACRF – Femmes en milieu rural engage un(e) animateur (trice) dans la région de Hannut – Huy – Waremme

Publié le 22 mars 2017 dans Actualités générales

L’ACRF – Femmes en milieu rural engage un(e) animateur (trice) à 19/heures semaine à partir du 02 mai 2017

Pour voir les conditions de l’offre d’emploi, cliquez sur Offre d’emploi Hesbaye Hannut

L’ACRF – Femmes en milieu rural engage dans la région de Vielsalm – Gouvy – Houffalize – La Roche

Publié le 22 mars 2017 dans Actualités générales

L’ACRF – Femmes en milieu rural engage un(e) animateur (trice) à 19/H semaine à partir du 02 mai 2017.

Pour voir les conditions de l’offre d’emploi, cliquez sur Offre d’emploi GHV – et La Roche

Prison: Le masterplan, un ersatz politique – Analyse de Jean-François Pontégnie

Publié le 22 mars 2017 dans Analyses

 

La Belgique est en panne de politique carcérale depuis des décennies.

Dans un climat social et géopolitique très difficile, l’enfermement des personnes en rupture – plus ou moins grave – avec l’ordre social apparaît à certains comme une solution simple. Ne devrait-on pas plutôt parler de simplisme ? Une analyse critique du « Masterplan Prisons » belge.

Qu’est-ce que le Masterplan ?

Le Masterplan 2008-2012-2016 serait destiné à doter la Belgique d’une infrastructure répondant à des « conditions humaines ». Il comprend des rénovations, des agrandissements ou la suppression d’entités existantes et  la construction de 7 nouvelles prisons. Ce plan devrait amener la capacité pénitentiaire à 10.568 places pour les détenus et à 1.066 places pour les internés.

C’est que la Belgique connaît un problème chronique de surpopulation carcérale, auquel, lors des dernières grèves du personnel en mai et juin 2016, la presse a consacré de nombreux articles.

La Libre, par exemple, écrit : « La surpopulation en cellules est un problème pris à bras le corps par le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V). Celui-ci est parvenu à réduire la tendance : l’année dernière [i.e. 2015], les détenus étaient 11.040 pour 10.028 lits […] En vérité, il y avait moyen de désengorger nos établissements en s’intéressant au profil des prisonniers. En 2015, ils étaient 903 à avoir été privés de liberté pour des actes dont ils ont été jugés irresponsables. La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open-Vld), leur réserve un autre sort en leur proposant d’être soignés dans un centre adéquat […]»…

Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2017_08-masterplan_ersatz politique_JFP

 

 

Prison: la commission Dupont et la loi de principe, histoire d’une occasion manquée – Analyse de JF Pontégnie

Publié le 22 mars 2017 dans Analyses

Depuis que, au début du XIXe siècle, la prison est devenue une sanction pénale, la gestion carcérale a toujours oscillé entre la réinsertion (l’« amendement », le « traitement », etc.) et le châtiment. Le tout, teinté d’une volonté – peu assumée  d’écarter ce que l’on ne saurait voir puisque la prison est aussi une technique d’invisibilisation des catégories sociales qui posent problème. Pourtant, au milieu des années 1990, il a semblé qu’une chance se présentait à la Belgique de voir le paysage carcéral faire enfin l’objet d’une vraie politique. Histoire d’une occasion manquée… ou sabo

La note d’orientation de Stefaan DeClerck et la Commission Dupont

En juin 1996, M. Stefaan De Clerck (CD&V), Ministre de la Justice du Gouvernement Dehaene II, publie une « note d’orientation » intitulée « Politique pénale et exécution des peines. » De façon très synthétique, on peut retenir que ce texte remet en cause la place de la prison dans la politique pénale, s’oppose à l’accroissement de la capacité pénitentiaire, prône le développement de peines et mesures alternatives et entend assurer une exécution digne et efficace des peines privatives de liberté.

L’affaire Dutroux, en août 1996, vient mettre une sourdine à ce projet. Néanmoins, le Ministre De Clerck confie au professeur Lieven Dupont, professeur de droit pénal, de pénologie et de droit pénitentiaire à la KUL, la tâche de préparer un « avant-projet de loi établissant les principes relatifs à l’administration pénitentiaire et à l’exécution de sanctions privatives de liberté ».

Commence alors une étrange saga qui, 20 ans plus tard, n’a toujours pas connu d’épilogue. Et n’en connaîtra sans doute jamais…

Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2017_07_prison_occasion manquée_JFP