Archives annuelles: 2014

Le succès de Viva For Life doit-il masquer l’échec de notre solidarité sociale? analyse de Corentin de Favereau

Publié le 26 novembre 2014 dans Analyses

L’opération Viva For Life menée par la chaîne de radio Vivacité en cette veille de Noël 2013 a remporté un franc succès. Pendant six jours, trois animateurs, Sara De Paduwa, Raphaël Scaini et Sébastien Nollevaux, se sont enfermés dans un studio de verre en plein cœur de Liège afin de récolter des dons pour venir en aide aux enfants qui souffrent de pauvreté chez nous. Une fois encore, appel a été fait à la générosité de la population qui y a répondu très favorablement. Et si, au-delà du soutien important qu’elle apporte aux couches précarisées de la population, cette générosité contribuait à masquer le déficit de plus en plus criant de solidarité sociale de notre société?

Téléchargez: acrfana_2014_03_Viva_For_Life_CdF

Faut-il (encore) s’enthousiasmer de l’arrivée de femmes au sommet de la hiérarchie? analyse de Corentin de Favereau

Publié le 26 novembre 2014 dans Analyses

Dans le cadre d’un mouvement d’éducation permanente œuvrant pour l’épanouissement et l’autonomie des femmes, la réponse à cette question peut sembler évidente. Oui, il est certain qu’il faut aider chaque femme qui le souhaite à briser ce plafond de verre pour parvenir aux postes à hautes responsabilités détenus presqu’exclusivement par des hommes. La question posée dans le titre est-elle dénuée d’intérêt pour autant? Au vu des réactions dans les médias provoquées par la nomination de Dominique Leroy à la tête de Belgacom, nous ne le croyons pas.

Téléchargez: acrfana_2014_02_

 

La compétition systématique entre les êtres humains est une ânerie – analyse de Corentin de Favereau

Publié le 26 novembre 2014 dans Analyses

Il y a quelques mois mourait l’un des esprits les plus brillants de notre planète, le généticien et philosophe français Albert Jacquard. Si les hommages posthumes glorifiaient unanimement l’humanité et l’universalité de sa pensée, cette dernière n’en était pas moins subversive, vigoureusement engagée et radicalement opposée à l’idéologie capitaliste. Retour sur ce message optimiste et éminemment généreux contrastant avec la morosité et le cynisme des discours dominants actuels. Corentin de Favereau

téléchargez Analyse Albert Jacquard

Génération BabyBoom: que sont ces enfants devenus?

Publié le 22 novembre 2014 dans Projets

RHB (2)

SAMSUNG CSCL’ACRF – Femmes en milieu rural, de la région des 3 Provinces, l’antenne de Namur vous invite aux ateliers « Femmes cré’ Actrices » qui auront pour thème « Un autre regard sur la gestion des rôles et des tâches ».  Ces trois ateliers se dérouleront les mercredi 10 décembre 2014, 11 février 2015 et 11 mars 2015. Au programme:

  • « Comment garder une attitude positive face au stress ? »  Animé par Nicole Louis, Animatrice « santé » de Vie Féminine
  • « Planifier son temps pour être plus libre » Animé par Isabelle Laurent, formée à la PNL humaniste
  •  « La communication non violente, un    art de vivre et de communiquer dans le respect de soi et de l’autre  Animé par Dominique Gilkinet, Formatrice en Communication Non Violente

Pour plus d’informations, cliquez sur le lien suivant:  Dépliant Femmes Cré’Actrices (2)

 

Interpellation politique

Publié le 22 novembre 2014 dans Interpellations

Interpellation politique
Mesdames, Messieurs les Parlementaires,

Mesdames Messieurs les Ministres,

 

Partager, échanger, collaborer, mettre en commun, être solidaire, c’est-à-dire aimer les autres, peut-il sauver le monde? Donner du goût et un accent gracieux à nos relations peut-il inverser les crises ? Accorder la primauté aux liens non marchands et aux projets durables peut-il créer  une société plus juste, plus équilibrée et plus résiliente ? A l’ACRF-Femmes en milieu rural nous le pensons ! Notre récente campagne de sensibilisation intitulée « Le goût des autres » a, tout au long de cette année 2014, mis à l’honneur le lien social, le don, le partage des ressources et la solidarité. En effet, cette vision des échanges a quelque chose de révolutionnaire, comme l’indique notre petit flyer distribué au grand public : elle s’appuie sur la confiance et le partage pour faire naître l’abondance. Elle met en évidence la force du collectif pour lutter contre le repli sur soi, les conflits et la production matérielle perpétuelle, impossibles à soutenir dans un monde limité.

Cette économie collaborative faite de gratuité, d’échange, de don, de partage, de solidarité trouve une oreille attentive auprès d’une frange grandissante de la population qui veut rompre avec le système économique capitaliste dont le fer de lance est l’individualisme. Construire du lien social est le passage obligé vers un monde plus équilibré,  plus juste et résilient. Ces dernières décennies, le lien social a souffert dans les villes, mais aussi dans les villages. Les comportements individuels ont pris le pas sur le vivre ensemble et cela donne lieu au recul de ce qui fait société. Les standards prônés par la publicité et les médias vont tous dans le sens du suréquipement individuel de biens non durables dont l’acquisition ne fait pas le bonheur des « consommateurs » mais bien la fortune des fabricants. Les messages d’intérêt général qui demeuraient l’apanage du service public disparaissent du paysage audiovisuel pour laisser un espace énorme aux étendards du chacun pour soi, de l’intolérance, du refus de la différence.

Il est temps, au niveau politique, qu’il soit régional, fédéral ou européen, de remettre du sens dans ce qui crée la communauté et non la divise : les échanges, les partages, la collaboration, l’ouverture à l’altérité.

Parce que nous souhaitons un Etat qui aide et non rejette ; des pouvoirs publics qui soutiennent les initiatives et l’économie locales et non les freinent, nous réclamons :

  • des politiques d’asile et de gestion de l’immigration humanistes ;
  • des politiques de lutte contre la pauvreté et le chômage qui respecte les plus faibles et donnent à tous les mêmes chances de s’épanouir;
  • des politiques économiques qui tiennent compte du respect de l’environnement et de ses ressources ;
  • des politiques sociales (soins de santé, enseignement, services publics, services d’aide) fortes qui prévalent sur l’intérêt de quelques-uns ;
  • une politique fiscale juste et équitable qui permette à chacun de contribuer selon ses possibilités à financer le progrès social, scientifique et culturel ;
  • une politique des finances qui consacre le budget public au bonheur des citoyens et non à l’équilibre d’institutions bancaires.

Selon certaines sources[1], la richesse mondiale a doublé depuis 2000 pour atteindre 241 000 millions de dollars. Pourtant de plus en plus d’Européens, même s’ils ont un travail, s’appauvrissent. Le nombre de salariés ne pouvant subvenir à leurs besoins est en constante augmentation. Les impacts humanitaires de la crise économique qui frappe l’Europe (42 pays étudiés dans l’Union européenne, les Balkans, l’Europe orientale) sont scandaleux. Le nombre de personnes dépendant des distributions de nourriture de la Croix-Rouge dans 22 des pays concernés a augmenté de 75% entre 2009 et 2012. Les taux de suicides et de dépressions dans la population suivent également une courbe exponentielle. Pouvez-vous donner une explication à cette augmentation de la richesse d’une part et à cette aggravation de la pauvreté d’autre part ?

En relation avec cette campagne de sensibilisation qui attire l’attention sur la force du collectif et l’ économie collaborative, notre mouvement entame en ce moment une réflexion sur les indicateurs de prospérité, alternatifs au PIB. La croissance et le développement économique sont une chose, mais ne négligeons pas la conservation et la promotion de la culture, la sauvegarde de l’environnement, la santé, l’éducation, la gestion durable des ressources, la bonne gouvernance.

Nous savons que la Wallonie s’est déjà investie dans ce travail et a décidé d’ajouter 5 indicateurs à son analyse (indice de situation sociale, indice de bien-être, empreinte écologique, indice de situation environnementale, indice de capital économique autre que le PIB). Nous espérons que ce projet restera sur les rails du nouveau gouvernement régional  wallon et inspirera l’ensemble des pouvoirs publics belges.

De notre côté, en tant que mouvement d’éducation permanente, nous continuerons à nous investir plus que jamais dans le vivre ensemble.

Nous vous remercions pour votre attention et  dans l’attente de vous lire, nous vous prions de recevoir,  Mesdames, Messieurs les Parlementaires, Mesdames, Messieurs les Ministres, nos salutations respectueuses.

 

 

 

Muriel LESCURE,

Chargée de la sensibilisation.

Brigitte LAURENT,

Présidente.

 

 

[1] http://rue89.nouvelobs.com/2013/10/10/richesse-monde-crise-europe-choc-deux-rapports-246485

Représentation Théâtre: Restons branchés

Publié le 21 octobre 2014 dans Actualités

GEDINNE

SALLE DE LA TANNERIE

Dimanche 23 novembre 2014 à 15h00

« Restons Branchées »

Du rire, de la réflexion, de la satire, du vécu, … sur le thème d’internet.

Texte écrit par les actrices, femmes de nos villages

Une organisation de l’ACRF- Femmes en milieu rural asbl

Au profit de l‘asbl « Le Bati » d’Houdremont, service résidentiel pour personnes handicapées.

Entrée : 5.00€ (gratuit pour les moins de 12 ans)

Renseignements : Véronique Delgleize 061 58 88 79 Joëlle Stuerebaut 0491 15 32 47

Invitation cordiale à toutes et à tous, venez nombreux