Archives mensuelles: juillet 2010

L’effet boomerang

Publié le 13 juillet 2010 dans Interpellations

boomerang05De nombreux pays, suite à la mondialisation des échanges commerciaux se sont endettés…

Cela provoque des effets négatifs tant au Nord qu’au Sud de la planète.
Le spectacle ouvre une fenêtre sur la compréhension des conséquences de la mondialisation économique.

Création collective : « Les Aragnes ».

 

Mise en scène : Centre Dramatique en Région Rurale, Emile Hesbois.
Collaboration Entraide et Fraternité Pierre Gillet.

Avec l’aide du Ministère de la Communauté française et des Affaires Sociales.

Fiche Technique

Durée du spectacle : 30 minutes

Matériel nécessaire : néant

Jeu sans plateau au milieu du public

Coût : 350,00 €

Folder de présentation

L’effet boomerang par l’atelier « Les Aragnes » de L’ACRF
Mise en scène d’Emile Hesbois du Centre Dramatique en Région Rurale

Présentation dans le programme du Festival international de théâtre-action.
Pour changer le dialogue Sud-Nord, il faut des actions concrètes et aussi une compréhension des mécanismes créateurs de sous-développement, dette, « effet boomerang ». Une collaboration est née avec l’ONG Entraide et Fraternité pour mettre en lumière les analyses de Susan George dans son livre «L’effet boomerang ».

Dans l’Appel ( J.B. )

Banque Mondiale, FMI, OMC sont des termes souvent utilisés par les médias quand ils traitent de l’économie mondiale…Et voici que ces acteurs sont mis en scène par « Les Aragnes » du nom wallon pour Araignées d’un atelier théâtral de l’Action Chrétienne Rurale des Femmes( ACRF).
Ce sont donc des actrices, non-professionnelles, qui représentent avec beaucoup de réalisme, ces acteurs, le plus souvent masculins et très professionnels, de la vie politique et économique du monde. Sont ainsi typés les jumeaux Fond Monétaire International et Banque Mondiale, par une même actrice évidemment, mais aussi avec haut-de-forme et habit à queue de pie, l’Organisation Mondiale du Commerce….

…A leurs côtés, il y a le couple des décideurs politico-économiques des pays dits développés aux prises avec excédents de productions et chômage ainsi que deux des dirigeants des pays du Sud dont les discours politiques apparaissent bien comme de simples façades. Ceux-ci ne résistent pas aux armes des gendarmes financiers internationaux que sont les programmes d’ajustement structurels, suppression des services publics, privatisations, échanges inégaux de matières premières aux bas prix contre produits finis toujours plus chers, dévaluations, intérêts des dettes extérieures etc…Quand ce ne sont pas des miroirs aux alouettes du genre : « Avec nos tracteurs , vous aurez une agriculture à haute technologie » !
Qu’ils soient du Nord ou du Sud , les dirigeants nationaux cherchent à mettre dans le coup les citoyens-spectateurs… Mais le jeu théâtral caricature à peine la réalité : de dialogues et d’échanges, il n’y en a quasi pas, tellement les discours avancés sont rapides et sans appel : « La charité n’existe pas en affaires ; laissez cela aux Eglises », « Place à la Sainte Trinité Productivité, Rentabilité, Compétitivité », « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain »

Ainsi, toute l’assistance est-elle rendue plus consciente de l’effet boomerang de la mondialisation du commerce. Mais face à cette valse de mesures à vous couper le souffle- et les moyens d’existence- pointe quand même un air frais, un air porté par les paroles de « Lily » une jeune immigrée rêveuse…
« L’Effet Boomerang » est une animation théâtrale à voir, à faire voir, et à revoir, même si tout n’est pas dit en trente minutes à propos du commerce mondial, et surtout , de la spéculation qui concerne aujourd’hui 95% des transactions financières faites à travers le monde…

Dans Vers l’Avenir ( P.L.)

…L’effet boomerang, une pièce engagée qui critique ouvertement les effets pervers de la mondialisation de l’économie… Les dialogues ont le mérite d’être clairs , même incisifs. On ne tourne pas autour du pot et les spectateurs, intégrés dans le spectacle par le jeu d’acteurs francs et rôdés, n’ont pu qu’apprécier…

De Jean Debouny à Havelange

A l’affiche: L’effet boomerang, pièce écrite par les actrices mêmes de la troupe Les Aragnes. Pièce à thème, destinée à secouer notre passivité citoyenne qui fait la part belle au cynisme du F.M.I., de la Banque Mondiale et leurs hommes de paille: les décideurs politiques du Nord et du Sud. Jusqu’ à quand la population mondiale se laissera berner par les slogans de la « Sainte Trinité, Productivité, Rentabilité, Compétitivité » ? Un théâtre engagé où l’on ne rit guère. L’on grince, comme dans les contes philosophiques de Voltaire, tressautant au rythme des électrochocs que nous envoient les actrices métamorphosées en automates, en abstractions caricaturales et fallacieuses d’un chantage économique à l’échelle planétaire, dont nous sommes tous complices.

Le théâtre considéré comme l’outil didactique par excellence de la résistance aux pouvoirs économiques. Une initiative à saluer.